publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L’accouchement à domicile : Les limites d'un accouchement à domicile

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. juin 2014)

Pour éviter tout risque inutile, l'accouchement à domicile est réservé à des femmes en bonne santé et à des grossesses physiologiques (sans pathologies, comme un diabète, une hypertension artérielle...). L'accouchement doit se produire après 37 semaines d'aménorrhée.

Lorsque la femme connaît des problèmes pathologiques lors de sa grossesse, elle doit immédiatement consulter et être prise en charge dans une structure adaptée. Certaines situations sont exclues d'un accouchement à domicile : menace d'accouchement prématuré, présentation du bébé par le siège, grossesse gémellaire, voire parfois des antécédents de césarienne, des problèmes médicaux survenus avant ou lors de la grossesse, etc.

Des visites médicales organisées tout au long de la grossesse, permettent de constater la bonne évolution de celle-ci. La femme enceinte est invitée en fin de grossesse à constituer un dossier dans la maternité de son choix, au cas où un problème surviendrait lors de l'accouchement à domicile. Elle doit avoir effectué au moins une consultation dans cette maternité.

La sage-femme peut être en effet amenée à transférer la femme vers la maternité pendant le travail, l'accouchement, à chaque fois que la situation dépasse sa compétence.
Cette compétence est définie dans le code de déontologie. Ainsi, la mise en place d'une analgésie, la stimulation des contractions, l'utilisation d'un forceps ou d'une ventouse nécessitent les compétences d'un médecin spécialiste. A tout moment de l'accouchement, le couple peut demander à être orienté vers la maternité.


publicité