publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Accoucher avec une péridurale : Les conseils de la sage-femme

Publié par : Clémentine Fitaire (09. octobre 2010)

Les conseils de Florence C., sage-femme.

A qui conseillez-vous la péridurale ?

A toutes les femmes ! Plus sérieusement, on la conseille généralement aux primipares (premières grossesses) qui ne savent pas à quoi s'attendre malgré l'abondance d'informations dont elles ont été abreuvées pendant la grossesse.
Nous ne vivons plus dans une société où la douleur est courante. Nous sommes très protégés de la maladie, de la douleur...
Quand une femme arrive pour accoucher de son premier enfant, c'est la « loterie ». Certaines réussissent à gérer cette douleur et à ne pas paniquer. En général, ce sont celles dont l' accouchement se passe bien et pour lesquelles on peut envisager de ne pas faire de péridurale. En revanche, les autres (la majorité... et on ne leur jette pas la pierre !) se laissent envahir par la douleur et paniquent.

La péridurale permet des accouchements plus sereins donc ?

Des recherches publiées en 1991 ont montré que la douleur générait de l’angoisse, laquelle entraîne toute une liste de désordres débouchant sur une souffrance fœtale.
Il faut donc chercher à supprimer cette douleur. D’autres recherches démontrent que si la femme n’est pas angoissée, elle sécrète des endorphines, des anti-douleurs naturels qui favorisent le lâcher-prise, l’ouverture, et donc l'accouchement.
Cet état de lâcher-prise lui permet de s’adapter à la douleur qui devient ainsi « acceptable ».
Il est certain que si une femme se trouve dans le premier cas, avec de fortes sécrétions d’hormones de stress, son accouchement sera laborieux, elle peut en souffrir et sa relation avec son bébé en être fragilisée. Dans ce cas-là, la péridurale est conseillée.

Mais dans quelle mesure vous influencez les femmes dans leur décision ?

Il n'y a pas vraiment de règle, on laisse les femmes décider, sauf si bien-sûr, leur santé ou celle du bébé sont en jeu.
Des informations pratiques sont importantes : pour un premier accouchement, il est fréquent de devoir faire une épisiotomie ou de faire appel à des instruments pour aider le bébé à sortir. Et sans péridurale, c'est quand même un peu sévère !
Enfin, si la moindre complication nécessite une césarienne d' urgence, on préfère que la maman soit déjà sous péridurale, plutôt que de l'endormir avec une injection brutale d'antalgiques en intra-veineuse.

Pour tester vos connaissances sur la péridurale, faites notre quiz.

Sources et notes :
> Le Grand Livre de ma Grossesse, Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français, Eyrolles, 2015.
> Site du Collège National des Gynécologues Obstétriciens, 2015.

Infographie du Ministère de la santé sur le métier de sage-femme - Juillet 2016

Infographie du Ministère de la santé sur le métier de sage-femme - Juillet 2016


publicité