publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Césarienne : déroulement et technique

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (29. avril 2016)

La césarienne est une intervention chirurgicale qui consiste à ouvrir le ventre de la mère afin de sortir le bébé : le chirurgien incise la peau, les muscles, différents tissus... et enfin l’utérus pour extraire le bébé. Après, le chirurgien recoud l'utérus, puis la peau du ventre. 

Jusqu’à ces dix dernières années, les interventions étaient souvent assez lourdes et douloureuses. L’accouchement par césarienne était redouté des femmes qui en gardaient ensuite un mauvais souvenir. L’opération se pratiquait systématiquement sous anesthésie générale, la cicatrice verticale était disgracieuse et le traumatisme de l’opération était doublé d’un traumatisme psychologique lié à la séparation de la mère et de l’enfant et aussi à l’interdiction d’allaiter.

Depuis une dizaine d’années, la césarienne est généralement pratiquée sous anesthésie loco-régionale, ce qui permet à la mère généralement d’assister à la naissance de son bébé et de pouvoir l’allaiter dès la salle de travail. Aussi, les médecins font en sorte que la cicatrice soit la moins visible possible : l’incision est à présent horizontale (faite au niveau des poils pubiens), ce qui permet une cicatrisation plus rapide, plus esthétique et diminue les risques d’éventration. De fait, elle est quasi invisible même en maillot de bain.

Il existe aujourd'hui de nombreuses techniques de césarienne. Une des techniques en vogue actuellement est celle de Stark.

La technique de Stark

Ou la technique de Cohen-Stark a été mise au point il y a une dizaine d’années. Cette technique est particulièrement rapide. Il s’agit d’effectuer une incision horizontale, d’une dizaine de centimètres, au-dessus du pubis.

Au lieu d’utiliser des instruments, les différents tissus sous-cutanés, aponévroses, muscles... sont tous écartés manuellement par le chirurgien, sans aucun décollement. L’utérus et son feuillet péritonéal, seuls, sont incisés.

Le temps d’intervention est raccourci, ce qui permet une arrivée plus rapide du bébé. Au cours d’une césarienne "classique", six couches tissulaires doivent être fermées alors que dans la technique de Stark, seules trois couches sont suturées (l’utérus, l’aponévrose et la peau).

Le "traumatisme" durant l'intervention est donc réduit, et les suites opératoires sont améliorées : moins de douleurs, moins d’hématomes. Cela dit, les bénéfices à long terme et notamment les adhérences post-opératoires n'ont pas encore été démontrés.

Quelle anesthésie ?

Les césariennes peuvent être faites soit sous anesthésie générale, soit de façon loco-régionale (le plus fréquent). Cette dernière est largement préférée par les obstétriciens. L'anesthésie locorégionale présente l’avantage de permettre à la mère d’assister à la naissance de son enfant en étant pleinement consciente, car seul le bas du corps se trouve insensibilisé.

L'anesthésie loco-régionale, qui va donc permettre d'insensibiliser la moitié inférieure du corps, se fait par une injection d'un anesthésiant en bas du dos. Pour ce, deux techniques différentes peuvent être utilisées : la rachianesthésie et la péridurale :

  • Rachianesthésie. C'est l'anesthésie souvent utilisée et recommandée en cas de césarienne programmée. Il s’agit d’une ponction lombaire (piqûre en bas du dos), avec administration d’un anesthésique local dans le liquide céphalorachidien. L'anesthésiant est administré en une seule fois. La technique est bien rodée, simple et fiable. L’anesthésiant est injecté en une fois, pour une durée d’action d’une heure à une heure et demie. C’est l’anesthésie idéale en cas de césarienne programmée.
  • Péridurale. Cela nécessite la pose d'un cathéter, dans le bas du dos, pour permettre de réinjecter du produit anesthésiant plusieurs fois si nécessaire. Le cathéter est posé au début de l’accouchement par voie basse et maintenu pour une césarienne pratiquée en urgence.

 

Pour en savoir plus, regardez aussi notre vidéo sur le déroulement d'une césarienne : 

Lorsqu’un accouchement par délivrance vaginale naturelle est impossible ou dangereux pour la mère ou l’enfant, une césarienne est pratiquée pour sortir le bébé du ventre de la mère. Explications en images…

A lire aussi : 
> Accoucher sous périrurale : comment ça se passe ?
> La péridurale : testez vos connaissances !


publicité