publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La péridurale : Inconvénients et risques de l’anesthésie péridurale

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (28. janvier 2015)

> Il se peut qu'une sensation de jambes lourdes accompagnée d'une difficulté à les mouvoir survienne. Au moment de l'arrivée du bébé, la sensation de poussée peut être réduite entrainant des efforts de poussée moins efficaces.
> Il est souvent difficile d'uriner spontanément avec la péridurale; et cela peut nécessiter des sondages évacuateurs par la sage-femme.
> Une baisse de tension artérielle transitoire peut survenir après la pose.
> Des nausées et un prurit (démangeaisons) sont possibles.
> L'anesthésie peut se latéraliser, c'est-à-dire que vous pouvez avoir plus mal à droite qu'à gauche, par exemple. Le plus souvent, on corrige cette asymétrie en se couchant sur le côté où l'anesthésie est défectueuse.
> L'anesthésie peut être insuffisante, une nouvelle ponction peut être alors nécessaire.
> Exceptionnellement des maux de tête peuvent apparaître, intensifiés par la position debout. Ils peuvent être dus à une « brèche méningée » c'est-à-dire une très faible fuite de liquide céphalorachidien entre les méninges. Le traitement de première intention est le repos strict au lit associé à des calmants ainsi qu'une hydratation abondante. Si ce traitement ne suffit pas, il est possible d'obturer la brèche méningée avec du sang de la patiente elle même ("blood patch"), c'est très efficace.
> Des complications plus graves extrêmement rares ont été rapportées, comme des convulsions, un arrêt cardiaque, une paralysie.

Pour le nouveau-né il n'y a pas plus de risque par rapport à un accouchement sans péridurale, mise à part les conséquences d'une hypotension maternelle mais cette éventualité est bien connue et prise en charge à temps.


publicité