publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Témoignages : j’ai mal vécu ma césarienne : les conseils de la psychologue

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (03. mai 2016)

Questions à Géraldine Moulin, psychologue clinicienne. Docteur en psychopathologie et psychologie clinique. Elle apporte quelques conseils liés à la césarienne...

Certaines femmes vivent mal leur césarienne. Comment se manifeste ce mal de vivre ?

Lorsque la césarienne est vécue sur un mode traumatique, il n’est pas rare que les accouchées se plaignent de douleurs intenses au niveau de la cicatrice. Ces douleurs les empêchent de prendre en charge leur bébé, parfois plusieurs jours durant. C’est une manière d’exprimer leur déception et parfois la colère qu’elles éprouvent de manière inconsciente envers le bébé qui ne leur a pas permis de vivre l’accouchement dont elles rêvaient.

Est-ce que les césariennes programmées sont mieux vécues que celles pratiquées en urgence ?

La programmation de la césarienne permet un travail d’anticipation qui permet d’éviter l’impact traumatique que nous venons d’évoquer. La femme enceinte peut se préparer psychiquement et se représenter la naissance à venir. Elle reste ainsi active, et peut garder le sentiment d’avoir donné la vie à son enfant. Dans le cas de la césarienne en urgence, en l’espace de quelques minutes, le corps maternel devient menaçant.

Quels sont les conseils ou recommandations que vous pourriez faire pour que tout se passe pour le mieux ?

Il est important d’envisager, lors de sa grossesse, les différentes manières de mettre au monde un enfant, qu’il s’agisse d’une césarienne ou d’un accouchement par voie basse. Il n’existe pas d’accouchement idéal, mais seulement des manières singulières de rencontrer le bébé qui a été porté pendant neuf mois. L’accouchement, qu’il soit par voie basse ou par césarienne, est avant tout la première rencontre du bébé avec le monde de ses parents.

Mieux vivre sa césarienne : les conseils de Géraldine Moulin, Docteur en psychopathologie et psychologie clinique.

Mieux vivre sa césarienne : les conseils de Géraldine Moulin, Docteur en psychopathologie et psychologie clinique.


publicité