publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cannabis : un vrai danger ou pas ? : Adolescents et cannabis : quoi faire ?

Publié par : Elide Achille (03. décembre 2015)

Suite de l'interview du Dr William Lowenstein, addictologue, Directeur général de la Clinique Montevideo, spécialisée dans la recherche et le traitement des addictions. Il donne en particulier des conseils pour les parents en cas de consommation de cannabis par un adolescent...

Quels conseils donneriez-vous aux parents dont les enfants consomment du cannabis ? Dire, ne pas dire / Faire, ne pas faire...

Dr William Lowenstein : Consultez avant tout soit votre médecin généraliste, soit un spécialiste de l’ addiction. N’oubliez pas qu’il existe de nombreux centres d’aide partout en France, des « Points Ecoute ado », « Points Ecoute parents » et également « Ecoute cannabis ».
Mais attention, il ne suffit pas de quelques entretiens avec l’ adolescent et ses parents pour régler le problème. Après plusieurs mois de consommation, le cannabis entraîne un déséquilibre dans le cerveau qu’il faut impérativement traiter par un traitement médicamenteux efficace.

- Ne jugez pas votre enfant parce qu’il fume.

- Ne le culpabilisez pas, il se sent suffisamment mal comme ça.

- N’entrez surtout pas en guerre avec lui. Ce serait la meilleure façon de mettre fin à toute communication entre lui et vous.

Etes-vous favorable à une modification de la législation en France concernant le cannabis ? Et quelles modifications ?

Dr W. L. : Le problème du cannabis a été pendant longtemps une histoire politique davantage qu’une histoire de santé publique. La prohibition est un échec car la loi ne peut pas tout solutionner. Pour preuve : la consommation de cannabis n’a cessé d’augmenter. Idem pour l’alcool et le tabac chez les jeunes. Un débat est donc nécessaire.
Il ne suffit pas d’interdire pour protéger nos jeunes ! Mais à l’inverse, si nous pensons que légaliser suffit à régler le problème de santé, nous nous trompons aussi !

Et quelles modifications apporter ?

Dr W. L. : Il est grand temps de changer de loi, de trouver une troisième voie entre prohibition et légalisation, mais il est encore plus urgent d’installer une réelle politique de santé des addictions chez les jeunes !

Parents, médecins, enseignants doivent, avec le ministère de la Santé et le ministère de l’Education Nationale, demander que la « Priorité jeunesse » débouche sur un plan National addictions chez les jeunes avec la même mobilisation que celle que nous avons su développer dans notre pays pour réduire efficacement les méfaits du VIH/ Sida ou des accidents de la route.

Nous pouvons le faire en sortant de l’idéologie paralysante, et en passant à l’action sanitaire et sociale. Sinon, nous continuerons d’être irresponsables et coupables...

A lire aussi :
> Les jeunes et l'alcool : que peuvent faire les parents ?
> Les risque de l'alcool pour les ados 
> Addiction : comment s'en sortir ?
 


publicité