publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Tabac : éviter la rechute ! : Les solutions

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (12. mai 2015)

Sachez que l'on rechute plus facilement le soir que le matin. Le soir, la vigilance est moins vive.

Sachez aussi que l'on rechute plus facilement l'été que l'hiver. L'été, c'est le temps des vacances, des pots entre amis, des terrasses, des sorties nocturnes... L'été est l'ennemi du sevrage !

Il existe de nombreuses solutions et astuces pour ne pas refumer, en commençant par identifier les situations à risque et par savoir comment les anticiper et comment y répondre.

Situations à risque

Refuser la cigarette en soirée

> La compagnie de fumeurs :
Vous ne pourrez jamais éviter vos amis fumeurs. A moins de devenir ermite. Vous allez forcément vous retrouver en situation à risque. Il faut donc anticiper la situation. Imaginer la scène. Visualiser les amis que vous connaissez en train de fumer et envisager des stratégies pour refuser la cigarette que l’on ne manquera pas de vous proposer.

> Après le café :
Cela fait des années que vous avez associé la fin du repas, au café et à la cigarette qui va avec. Il faut changer vos habitudes. Changez de boisson, en fin de repas, par exemple. Ou sortez de table plus vite. Allez marcher, faites la vaisselle, débarrassez, allez vous brosser les dents, bougez.

> En soirée :
Attention à l’alcool. La consommation d’alcool, entraine vite l’envie de fumer. De plus, la consommation d’alcool, altère la vigilance. Alors, vous pouvez boire un petit verre, si vous le souhaitez, mais à condition de vous y être préparé. A condition de bien savoir que l’envie de fumer sera plus forte après.

> En cas de stress :
Les émotions négatives, comme positives, peuvent réactiver l’envie de fumer. Cela peut être, une colère, une déprime, une angoisse. Cela peut être, à l’inverse, un grand élan d’enthousiasme, une bonne nouvelle. Dans tous les cas, ce sont des moments où la vigilance est mise en veille. Encore une fois, il faut y avoir pensé. On ne prévoit pas les bonnes ou les mauvaises nouvelles, mais on peut savoir qu’il y en aura tout au long du sevrage. Il faut y penser et prévoir ce qui est prévisible, le risque de rechute.

> Les bouffées d'envie :
Là encore, on peut les prévoir. Et il faut savoir qu’une envie de fumer dure entre deux et cinq minutes. Pas plus. Il faut donc anticiper ces moments de manque. Avoir toujours près de soi des substituts nicotiniques même longtemps après l’ arrêt du tabac. Et surtout dans ces moments de gène, ne pas hésiter à sortir, faire une petite marche accélérée ou se défouler sur un bon vieux chewing-gum.

Attention à la cigarette défi

Surmonter la dépendance à la cigarette

Tous les anciens fumeurs vous le diront. Au bout de quelques jours ou quelques semaines, on éprouve une sorte de curiosité morbide. Une sorte d’envie de ressentir le goût de la cigarette pour bien vérifier à quel point cela est mauvais. Une sorte d’envie, aussi de se tester. De bien vérifier sur soi-même que l’on est plus fort que la dépendance, que l’on est capable de s’en passer. Cela s’appelle « jouer avec le feu ». La dépendance sera toujours plus forte que vous !

Ne tentez pas le diable. Vous savez que cela sent mauvais. Vous avez arrêté, vous savez donc que vous êtes le plus fort. Pas besoin de fumer pour vérifier tout cela !

Cadeau de récompense

Stopper la tabac : se faire un cadeau !

Vous avez arrêté de fumer. Vous avez automatiquement fait quelques économies. Ce que vous ne dépensez plus en tabac, dépensez le pour vous faire plaisir. Un parfum, qui sentira meilleur que la fumée de cigarette, un accessoire qui vous faisait envie. Un cadeau inhabituel. Un cadeau qui ne partira pas en fumée et qui pourra vous rappeler, concrètement que vous avez arrêté la cigarette.

A lire aussi :
> Ne pas prendre de poids à l'arrêt du tabac.


publicité