publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Tabac : éviter la rechute ! : Pourquoi c'est difficile ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (12. mai 2015)

Le cerveau d’un fumeur n’est pas tout à fait le même que celui d’un non-fumeur. Surtout si l’on a commencé à fumer tôt. Le tabac consommé dès l’ adolescence, a stimulé des récepteurs spécifiques à la nicotine, situés dans le cerveau.

Un fumeur ou un ex-fumeur n’aura jamais le cerveau d’un non-fumeur. Les récepteurs à la nicitone du cerveau qui ont déjà été en contact avec la nicotine, seront toujours là, prêts à se réactiver à la moindre cigarette.

Plus jamais une

Comment combattre l'envie de refumer ?
Il en est du tabac comme de l’alcool. Les alcooliques repentis vous le diront : Plus un seul verre. Pour la cigarette, on peut reprendre le mot d’ordre : Plus jamais une ! Une seule cigarette, et les récepteurs cérébraux se réveillent. La dépendance reprend immédiatement.

Les raisons de la rechute

Quelles sont les raisons de la reprise du tabac ? La rechute, bien souvent, ne se fait pas dans les premiers jours de l’ arrêt du tabac. Les premiers jours du sevrage, la motivation est importante. On a généralement prévu l’arrêt. On a surtout mis en place tout un dispositif de protection : les substituts nicotiniques, la visite chez un médecin, l’aide de l’entourage... bref ! Le terrain est balisé.

En revanche, au bout de deux ou trois mois en général, la vigilance s’amenuise. On prend confiance. On sait, on a vérifié que l’on pouvait vivre sans cigarette. La vie ne s’arrête pas avec l’arrêt du tabac. Du coup, on croit pouvoir s’autoriser une petite faiblesse. On se dit que si l’on a réussi à dominer la situation pendant toute cette période de sevrage, ce n’est pas une petite, une toute petite cigarette qui va nous vaincre. Erreur ! C’est justement celle là qui va tout mettre par terre. C’est celle là qu’il faut éviter !


publicité