publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Salle de shoot : Savez-vous tout sur les salles de consommation à moindre risque ?

Publié par : rédaction Onmeda (09. mai 2017)

© Getty Images

Depuis plusieurs mois, on entend souvent parler de salle de shoot ou de salle de consommation à moindre risque. Mais savez-vous vraiment quels sont ces lieux où la consommation de drogue est tolérée ? Savez-vous quels sont leurs objectifs, leurs avantages et leurs inconvénients ?

Alors que la première salle de shoot a ouvert ses portes il y a quelques mois à Paris, près de la Gare du Nord, faisons le point sur les salles de shoot.

Qu’est-ce qu’une salle de shoot ?

La première salle de shoot a ouvert ses portes à Berne, en Suisse, en 1986. Aujourd’hui, on en dénombre près de 90 dans le monde. Ces salles de consommation à moindre risque (SCMR) permettent aux toxicomanes de consommer des drogues dans un cadre médicalisé. Héroïne, crack, morphine : les substances consommées ne leur sont pas fournies. Toutefois, un matériel d’injection propre et stérile est mis à leur disposition.

Par ailleurs, les consommateurs de drogues pourront, dans ces salles de shoot, rencontrer de façon informelle des travailleurs sociaux, des médecins ou des infirmiers pouvant leur fournir des conseils, les aider ou plus simplement les écouter.

Où se trouvent les salles de shoot en France ?

En France, la première salle de consommation à moindre risque a ouvert ses portes en 1994 à Montpellier, mais elle a fermé un an plus tard. Aujourd’hui, c’est surtout celle de Paris, située près de la Gare du Nord qui fait parler d’elle, bien qu’une autre structure expérimentale ait aussi ouvert ses portes à Strasbourg.

La salle de consommation à moindre risque de Paris

Après des années de débats et de controverses, la salle de shoot de Paris a ouvert ses portes le 14 octobre 2016. S’étendant sur 400 m2, elle est accolée à l’hôpital Lariboisière et dispose d’une entrée indépendante donnant sur la rue. Elle est gérée par l’association Gaïa, spécialisée dans la toxicomanie et le traitement de la dépendance aux drogues.

Concrètement, les consommateurs de drogue peuvent se rendre de façon libre et anonyme dans la salle de shoot de Paris. Une fois sur place, ils doivent prendre un ticket, comme à la sécurité sociale, et attendre que leur numéro s’affiche sur un écran.

Ensuite, ils devront présenter le produit qu’ils vont consommer à un membre du personnel avant de se diriger vers le box qui leur a été attribué. Là, ils auront trente minutes pour préparer et consommer leur drogue.

Ils pourront ensuite rejoindre la salle de repos avant de repartir.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Dépendances, Psychologie ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Addictions : du tabac à la cocaïne
> Toxicomanie : de la dépendance physique et pschychique
> Salle de shoot : les avis des experts

Auteur : Dounia Malki


publicité