publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les substituts nicotiniques

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. décembre 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

L'interdiction de fumer dans les bars, restaurants, cafés... et la hausse constante des prix peut bien être l'occasion pour des fumeurs d'arrêter définitivement la cigarette. Pour y parvenir, les substituts nicotiniques peuvent être de très bons alliés.

Ces substituts à la nicotine peuvent s'acheter sans ordonnance en pharmacie. Il en existe plusieurs types : patch, gomme, inhaleur, comprimé. 

Trouvez dans notre dossiers des informations sur le mode de fonctionnement des différents substituts nicotiniques ainsi que des conseils pratiques pour bien s'en servir. 

Pourquoi est-on accro ?

Le cerveau possède – "malheureusement" - des récepteurs pour une substance contenue dans les cigarettes : la nicotine. En fumant, la nicotine "monte" au cerveau et provoque la sensation de plaisir qui au cours du temps rend accro. Cet apport crée une dépendance physique et fumer devient un "besoin" pour le cerveau. A ce besoin du cerveau s'ajoute l'habitude du geste pour le fumeur, qui est aussi difficile à perdre.

Lorsque le fumeur s'arrête, il peut souffrir de sensations de manque, de stress, d'irritabilité, de troubles du sommeil, d'une augmentation de l'appétit... On parle de syndrome de sevrage. Les substituts nicotiniques sont un bon moyen pour éviter ces symptômes.

Remboursement des substituts nicotiniques

Depuis le 1er février 2007, l' Assurance Maladie rembourse à hauteur de 50 euros par an le traitement à base de substituts nicotiniques. Pour être remboursé, il faut avoir une ordonnance de substituts nicotiniques. On ne sera remboursé qu'en différé, le tiers payant ne s'appliquant pas dans ce cas.

D'après l'Assurance Maladie, patchs, inhaleurs, gommes et comprimés sont remboursés dans les marques Niquitin®, Nicotinell®, Nicorette®, Nicogum®, Nicopass®, Nicopatch®.

 

A voir aussi : nos conseils pour arrêter de fumer


publicité