publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le gingembre, mon allié bien-être

Publié par : rédaction Onmeda (25. avril 2017)

© Shutterstock

Utilisé depuis des années aux quatre coins du monde pour ses vertus, le gingembre fait partie des épices les plus bénéfiques pour notre santé. Souvent relégué au rang de simple aphrodisiaque, le gingembre peut agir à de nombreux niveaux et nous aider réellement au quotidien.

Quels sont les bienfaits du gingembre ? Comment le consommer ? Quels sont ses effets secondaires ? On vous dit tout ce que vous devez savoir sur cette épice magique.

Originaire de Chine, le gingembre fait partie de la famille des Zingiberaceae tout comme le curcuma, la cardamome et le galanga. Très riche en antioxydants et en Gingerol, le gingembre est bien plus qu’un simple aphrodisiaque comme le veut la légende urbaine. Il est un allié naturel pour notre santé.

Trouvez dans notre dossiers spécial :
Les bienfaits du gingembre
Les effets secondaires du gingembre
Comment consommer le gingembre ?

Quelles sont les vertus du gingembre ?

Un atout contre les nausées et vomissements


Employé de mille et une façons à travers les âges, c’est principalement pour lutter contre le mal de mer qu’il a le plus été utilisé.
 Aujourd’hui, le gingembre est un allié de taille pour combattre le mal des transports mais aussi les nausées et vomissements de personnes venant de subir une intervention chirurgicale ou suivant une chimiothérapie.

Mais c’est surtout sur les nausées matinales que l’impact du gingembre est le plus impressionnant. 12 études médicales (1) réalisées dans le monde ont prouvé son efficacité chez la femme enceinte à raison d’une dose de 1,1 à 1,5 grammes de gingembre consommé. Toutefois, en cas de vomissement avéré, le gingembre n’a pas eu d’effets.

Un atout contre les douleurs musculaires et les courbatures


Pouvant parfois être très douloureuses et handicapantes, les courbatures et douleurs musculaires peuvent être réduites grâce au gingembre. Avec ses vertus anti-inflammatoires, cette épice ne ferait pas disparaître les douleurs et gênes musculaires mais concourt à accélérer leur disparition au fil des jours.


Ce bienfait soupçonné depuis des années, a été confirmé par une étude (2) montrant une réduction significative des douleurs musculaires chez des sportifs grâce à la consommation de 2 grammes de gingembre par jour pendant 11 jours.

Un atout dans la prévention de l’ostéoarthrite ou de l’arthrose


Affection chronique causée par une usure anormale puis une destruction des cartilages et de l’ensemble des articulations, l’arthrose est une maladie courante qui touche principalement les personnes âgées qui souffrent alors de raideurs et de douleurs.

Avec ses vertus anti-inflammatoires, le gingembre peut soulager les personnes souffrant d’arthrose ou d’ostéoarthrite. Une étude (3) menée auprès de 247 personnes touchées par cette maladie a démontré que le gingembre réduisait les douleurs et les raideurs, les conduisant ainsi à consommer moins d’anti-douleurs.

Mieux, une autre étude a révélé que mélanger gingembre, cannelle, huile de sésame et mastic ensemble créait une pâte qui soulageait grandement les douleurs et les raideurs lorsqu’elle était appliquée localement sur les articulations touchées.

Un atout pour lutter contre le diabète


Pour les personnes diabétiques, le gingembre pourrait s’apparenter à un produit miracle. Une étude (4) menée en 2015 auprès de 41 participants atteints de diabète de type 2, a montré que 2 grammes de gingembre par jour faisait baisser le taux de sucre dans le sang de 12% !

Cette vertu, en plus d’aider les personnes diabétiques à réguler leur glycémie, peut permettre aux individus sains de réduire le risque d’être touché par le diabète.

Un atout pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires


Au cours de l’étude menée en 2015, les chercheurs ont également découvert que le gingembre réduisait de 28% le ratio ApoB/ApoA-I et de 23% les marqueurs de lipoprotéines oxydées. Ces deux éléments sont des facteurs de risques de maladies cardiovasculaires. 
En clair, le gingembre réduit les risques de maladies cardiovasculaires.

Un atout pour lutter contre le cholestérol


Les lipoprotéines LDL, également appelées “mauvais” cholestérol sont néfastes pour notre santé et peuvent être sources de maladies cardiaques.
Le gingembre peut aider à faire diminuer leur taux dans le sang à raison de 3 grammes de poudre de gingembre par jour (7).

Plusieurs études scientifiques ont souligné l’impact positif de cette épice, à tel point que certains comparent ses effets à ceux des médicaments destinés à réduire le cholestérol.

Un atout pour combattre les indigestions


Les indigestions chroniques (dyspepsie) sont sources d’inconfort et de douleurs pour les personnes qui en souffrent. Une digestion trop lente de la part de l’estomac serait l’une des sources principales de l’indigestion.
 La solution ? Consommer du gingembre car il a été scientifiquement prouvé que cette épice accélérait la digestion de l’estomac. Le test (5) a été mené avec une soupe.
 En mangeant préalablement 1,2 grammes de poudre de gingembre, les participants ont digéré la soupe en 12 minutes contre 16 en temps normal.

Un atout contre les règles douloureuses


Traditionnellement, le gingembre était utilisé pour soulager les douleurs. Sachez que ses bienfaits peuvent être utilisés à bon escient par les femmes souffrant de règles douloureuses. A raison d’un gramme de poudre de gingembre par jour durant les trois premiers jours des règles (6), cette épice réduit la douleur aussi efficacement que l’ibuprofène.

Un atout anti-cancer


En analysant la composition exacte du gingembre, des scientifiques ont réalisé que, cru, il contenait en quantité abondante six des Gingérols considérés comme anti-cancers, faisant de lui une véritable arme dans la prévention et la lutte contre le cancer.

Des études médicales ont prouvé son efficacité, notamment sur le cancer du colon (8), le cancer du sein, le cancer des ovaires et le cancer du pancréas. Des tests se poursuivent pour connaître exactement la façon dont il agit sur les cellules cancéreuses.

Un atout pour améliorer les capacités du cerveau et lutter contre Alzheimer

Les inflammations chroniques et le stress oxydatif accélèrent le processus de vieillissement et favoriseraient le développement de la maladie d’Alzheimer (9).

Les antioxydants et composés bio-actifs du gingembre pourraient limiter les inflammations qui ont lieu dans le cerveau et ainsi réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Au quotidien, le gingembre agirait également comme un boosteur de cerveau en améliorant le temps de réaction et la mémoire.

Un atout pour lutter contre les infections


Le Gingérol contenu dans le gingembre frais et cru contribue à la diminution du risque d’infections. Mieux, l’extrait de gingembre peut lui ralentir voire stopper la prolifération de nombreuses bactéries.

Son pouvoir anti-infectieux est surtout flagrant sur les bactéries oro-buccales à l’origine de maladies des gencives comme les gingivites ou les parodontites (10) ou le virus respiratoire syncytial (VRS).

Sous quelle forme consommer du gingembre ?

Gingembre confit, gingembre râpé, gingembre séché et moulu en poudre, gingembre 
frais : le gingembre peut se consommer de mille et une façons et donc s’adapter à votre train de vie.

Au quotidien, le mieux est de le consommer en poudre car on peut le saupoudrer sur son plat (certaines propriétés du gingembre se développent avec la chaleur), s’en servir pour assaisonner ses cuissons ou réaliser une infusion de gingembre.

Si vous préférez savourer cette épice crue, vous pouvez la râper, l’ajouter en lamelles dans vos préparations ou encore la glisser dans votre mixeur pour en faire un jus de gingembre.

Vous pouvez également le déguster en version sucrée notamment lorsqu’il est confit ou incorporé dans des gâteaux.
 Attention, s’il s’agit de gâteaux industriels, lisez bien les étiquettes car il se pourrait que la dose de gingembre soit ridicule par rapport à l’apport en sucre !

Le gingembre a-t-il des méfaits ?

Plus que des méfaits, ce sont des contre-indications que possède le gingembre.

De par ses propriétés puissantes, cette épice pourrait entrer en confrontation avec certains médicaments car il augmenterait leurs effets.

Bien que des recherches n’aient pas souligné cela, de nombreux médecins recommandent d’éviter de consommer du gingembre avant une intervention chirurgicale ou si l’on prend des médicaments pour le sang.
 En effet, l’épice ayant des vertus anticoagulantes, elle augmente le risque de saignements importants.

 

Auteur : Dounia Malki

Sources :
(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10793599
  -  (2) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20418184
  
(3) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11710709
  - (4) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4277626/ 
(5) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3016669/   -  (6) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19216660
(7) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18813412
   -  (8) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3208778/  
(9) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3253463/   -  (10) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18814211       

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS !

A lire aussi :

> Le curcuma contre le cancer du colôn ?
> Le chou kale : avantages et inconvénients
> Les graines de chia : championnes en omega 3
> Le thé, notre allié santé ?
> Prévention anti-cancer : les 5 aliments conseillés
> 10 aliments qui font baisser la libido
> 6 super aliments contre les douleurs intestinales

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité