publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Biopsie de la prostate : comment ça se passe ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (20. décembre 2015)

Une biopsie de la prostate dure entre 10 et 20 minutes. Elle est pratiquée en ambulatoire, c'est à dire qu'il n'y a pas d'hospitalisation nécessaire. En raison de la douleur que peut provoquer cet examen, il est généralement effectué sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale. C'est plutôt l'anesthésie locale qui est conseillée dans la mesure où les biopsies sont assez bien supportées grâce à cette anestéhsie locale.
L'urologue va donc prélever des fragments de prostate à l'aide d'une aiguille, en passant par la paroi rectale, tout cela sous guidage échographique endorectal.

Voir aussi cette vidéo :

Biopsie de la prostate: vidéo

Comment ça se passe ?


Le médecin urologue installe le patient, soit en position gynécologique (sur le dos, les jambes écartées), soit allongé sur le côté. Il introduit ensuite, par l'anus, la sonde échographique protégée, lubrifiée et munie d'un système de visée.

C'est grâce à cet appareil échographique que le médecin pourra ensuite suivre le trajet de l'aiguille sur son écran. L'urologue va ensuite effectuer la biopsie proprement dite, avec généralement 12 ponctions (voire un peu plus). L'aiguille pénètre et se retire très rapidement dans la prostate. La piqûre est peu douloureuse. Il est recommandé, après la biopsie, de rester allongé quelques minutes encore, car se lever brutalement pourrait vous provoquer des étourdissements.

Attention : il est fréquent de voir des saignements dans les selles, dans l'urine ou dans le sperme, durant les quelques jours qui suivent l'intervention. C'est normal. La paroi rectale et la prostate ont été piquées en plusieurs endroits.

Que voit le médecin durant l'examen ?

Que voit le médecin pendant l’examen, pendant la biopsie de la prostate ? L'échographe qui permet la surveillance et le guidage de l'aiguille pendant la biopsie, ne permet pas de voir les zones suspectes. En clair, un cancer ne se voit pas à l'échographie. Le médecin, lorsqu'il pratique la biopsie, va donc piquer « au hasard » (d'où le nombre parfois élevé de piqûres, une petite vingtaine). Il s'agit d'un hasard relatif dans la mesure où les cancers ont plus de risque de se loger à certains endroits de la prostate plutôt qu'à d'autres. Mais il est toujours possible, lors d'une biopsie, de passer à côté d'un cancer. Si après une série de biopsies négatives, les signes cliniques continuent d'inquiéter le médecin, il faudra pratiquer d'autres biopsies, deux, voire trois. Dans ce cas, l'urologue ira piquer dans d'autres zones de la prostate.

Comment s'y préparer ?


Il faut savoir que la biopsie de la prostate peut entraîner des complications quand on s'y prépare mal. Plusieurs règles sont à respecter :
> La veille de l'examen parfois et deux heures avant la biopsie, on doit prendre un traitement antibiotique prescrit par le médecin. Ce traitement a pour but de prévenir les infections de la prostate après l'examen.
> Un lavement rectal est indispensable. Il vaut mieux arriver pour l'examen, le rectum vide. La sonde échographique doit pouvoir entrer facilement et surtout rendre une image visible.
> Il n'est pas nécessaire d'être à jeun pour cet examen.

Attention : Si on prend un traitement pour fluidifier le sang, des anti-coagulants ou un anti-agrégant plaquettaires, il faut penser à arrêter (avec l'accord de son médecin traitant) ses médicaments plusieurs jours (8 jours) avant l'intervention. Car une biopsie de la prostate fait saigner.



publicité