publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Coronarographie: Ça fait mal ?

Publié par: Dr. Nicolas Evrard (14. mars 2014)

Le moment le plus désagréable de l'examen est la mise en place du cathéter. Sans anesthésie locale, cela pourrait être douloureux. Une fois l'anesthésie locale effectuée (une simple petite piqûre), l'examen est indolore. En revanche, lorsque le produit de contraste à base d'iode est injecté, le patient ressent une impression de chaleur intense dans le membre perfusé, puis dans tout le corps. Il suffit d'être prévenu, pour ne pas s'inquiéter. Il s'agit d'une réaction normale à l'iode.

Comment se préparer ?


On doit effectuer une prise de sang quelques jours avant l'examen, afin de vérifier le bilan de coagulation.

Le jour de l'examen, on doit être à jeun (ne pas manger, pas boire, pas fumer, six heures avant).

Attention à bien prévenir le praticien en cas d'allergie (à l'iode, notamment). Il faut aussi signaler ses antécédents médicaux et chirurgicaux (et indiquer les éventuels médicaments que l'on prend). On doit aussi bien sûr dire si on est enceinte.
Le médecin expliquera le déroulement de l'examen, il fera signer un formulaire précisant que le patient est informé sur les risques (procédure qui peut d'ailleurs un peu effrayer des patients).

Est ce dangereux ?


Les risques liés à l'examen sont rares et le plus souvent sans gravité.

L'introduction du cathéter est le moment le plus risqué. Cela dit, les cardiologues ont l'habitude de ce genre d'examen et les risques sont très limités. Cependant, il est possible qu'un hématome se développe, après le passage du cathéter, voire une infection. Autant de risques qui seront évités par une bonne désinfection de la peau et la compression du vaisseau.
L'iode peut entraîner des réactions allergiques. Si on est allergique, mieux vaut prévenir le praticien qui pourra peut être prescrire des comprimés antihistaminiques à prendre la veille et le jour même pour éviter les réactions allergiques.
On peut ressentir, au moment de l'examen, des palpitations ou un petit malaise de courte durée. Pas de panique, on est bien entouré.

Attention : En cas de douleurs dans la poitrine, de fièvre ou de malaise dans les jours qui suivent, il faut tout de suite prévenir son médecin.



publicité