publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Coronarographie: Comment ça se passe ?

Publié par: Dr. Nicolas Evrard (14. mars 2014)

C'est un cardiologue qui pratique l'examen dans une salle de radiologie adaptée avec : un appareil de radioscopie, une table mobile sur laquelle s'allonge le patient et un système de visualisation et d'enregistrement de l'examen.

Pas besoin d' anesthésie générale. Une anesthésie locale est suffisante. Un tranquillisant pourra éventuellement être administré, si le patient est trop anxieux. Une fois installé sur la table d'examen, on placera sur le bras une perfusion intra-veineuse. On restera allongé sur le dos tout le temps de la radiographie. Le rythme cardiaque et la tension artérielle seront surveillés en permanence.
Après l'anesthésie locale, le cardiologue introduit le cathéter, dans une artère, soit au niveau du bras (ce qui limite les risques d'hématome et permet de marcher toute de suite après l'examen), soit au niveau de l'aine (la voie la plus fréquemment utilisée est la voie fémorale). Le cardiologue fera ensuite cheminer ce cathéter, jusqu'aux artères du coeur. Le praticien suit le trajet du cathéter sur un écran de contrôle.
La sonde ne pénètre que très peu dans l'artère coronaire. Une fois le cathéter en place, le produit de contraste est injecté et les clichés sont effectués. Tout cela dure environ une heure.

Le cathéter est ensuite retiré et le vaisseau est comprimé, pour éviter tout saignement. L'artère fémorale est comprimée manuellement puis un pansement compressif est posé. Une hospitalisation de 48 heures est souvent recommandée. Il sera également conseillé de rester allongé pendant quelques heures après l'examen. Mais on pourra s'alimenter normalement.

Remarque : Si l'examen permet de détecter un obstacle, une angioplastie peut être pratiquée. Le vaisseau rétréci sera alors dilaté à l'aide de petits ballonnets. Cette intervention est souvent complétée, par la mise en place d'une prothèse métallique, un "stent" (ou ressort), qui reste dans le vaisseau et empêche la formation d'un nouveau rétrécissement.



publicité