publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Dépistage du cancer du col de l'utérus : Le frottis

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (29. janvier 2015)

La pratique du frottis s'est aujourd'hui énormément étendue. Cet examen bénin et courant peut être effectué par un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme, ou encore dans un laboratoire d'analyses. Au cabinet de la sage-femme ou du médecin, la patiente est en position gynécologique et le médecin utilise un instrument semblable à une brosse à poils souples, ou une sorte de spatule pour récolter quelques cellules de la muqueuse du col de l'utérus.

Généralement, le médecin confie à la femme le prélèvement afin qu'elle l'envoie au laboratoire avec lequel il collabore. Le médecin et la femme reçoivent ensuite les résultats.

Il est généralement nécessaire d'effectuer un frottis tous les trois ans, entre 25 et 65 ans, si les deux premiers, à un an d'écart, ont été normaux. Encore une fois, chaque femme a son propre suivi et son propre rythme de dépistage, défini avec le médecin. La Sécurité sociale prend en charge 65% du prix du frottis.

Voir aussi cette vidéo sur le frottis :

Pour tout savoir sur le frottis

En cas d'anomalie


En fonction du résultat de ce dépistage du cancer du col de l'utérus, d'autres examens peuvent être effectués. Si le frottis a révélé des anomalies, on peut proposer un test HPV pour identifier l'éventuelle présence des virus HPV à risque de cancer. Si on découvre des HPV dits oncogènes, d'autres explorations sont envisagées.

La présence de cellules anormales, voire cancéreuses, nécessitera la réalisation d'un examen du col (colposcopie), avec un petit prélèvement (biopsie) d'un fragment de la muqueuse.

Ces examens réalisés, d'autres investigations sont parfois nécessaires et la patiente pourra être adressée dans un service spécialisé en oncologie pour une prise en charge spécifique, si un cancer du col utérin est confirmé.



publicité