publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Ferritine : Quand la ferritine varie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. septembre 2013)

Les variations  « normales » :
> A la naissance : le taux sanguin de ferritine varie avec l'âge. Il est plus élevé à la naissance (environ 400 µg/l), et il diminue ensuite, pour stagner à l'âge adulte.

> A l'âge adulte : le taux de ferritine reste plus élevée chez l'homme jusqu'à la ménopause des femmes, où l'écart se réduit. Pendant la grossesse, surtout vers la fin, le taux de ferritine de la femme enceinte chute, et les besoins en fer sont accrus.

Les variations pathologiques :
Une chose est sûre : lorsque la ferritine est basse, les réserves en fer sont basses. Par contre, lorsque la ferritine est élevée, les réserves de fer peuvent être trop élevées, mais le taux de ferritine peut monter pour d'autres raisons :
- un surpoids (libération en excès de la ferritine dans le plasma),
- une forte consommation d' alcool,
- une maladie du foie,
- un diabète mal équilibré,
- un syndrome inflammatoire.

Que faire des résultats ?


On n'effectue pas un dosage de ferritine pour un contrôle de routine. En général, votre médecin traitant vous aura prescrit un dosage pour vérifier certains paramètres.

Il existe environ 6 techniques différentes pour mesurer la ferritine. Une fois le sang prélevé, les laboratoires possèdent chacun leur protocole. Il est donc délicat d'indiquer une proportion de taux normal de ferritine (par exemple, 20 µg/l pour la femme) alors que les valeurs normales sont variables selon les techniques de dosage utilisée.

On peut parler d'hyperferritinémie au-delà de 500 µg /l, mais votre situation n'est pas pathologique pour autant. En effet, avoir un taux élevé de ferritine n'est pas pathogène en soi. C'est l'excès de fer qui est dangereux car le fer est un oxydant. Son excès va dégrader les tissus et pourra générer une insuffisance cardiaque, une cirrhose du foie, ou des problèmes de thyroïde.

A savoir : les résultats d'une prise de sang ne signent pas un diagnostic. Il faudra retourner chez votre médecin qui pourra compléter à partir d'autres données cliniques et d'examens complémentaires, pour établir un diagnostic précis.

Auteur : Charles Brumauld.
Consultant expert : docteur Bruno Varet, hématologue à l'Hôpital Necker, à Paris.



publicité