publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le scanner ou tomodensitométrie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (06. octobre 2014)

© Jupiterimages/iStockphoto

Le scanner est utilisé en médecine pour visualiser des parties du corps humain, pour étudier les tissus des différents organes, pour rechercher des anomalies de structure.
Cet examen d' imagerie médicale est très performant et donne des images de bonne qualité.
Un scanner est généralement indiqué quand l'échographie ou la radiologie ne permet de faire un diagnostic précis. Il peut être aussi utilisé dans le cadre d'un traitement. Pendant qu'un opérateur intervient sur un os, par exemple, comme une vertèbre, des images de scanner permettent à l'opérateur de bien vérifier ce qu'il effectue à l'intérieur de l'os.

Comment fonctionne un scanner ?


Le scanner utilise un rayonnement irradiant, les rayons X, selon le même principe que la radiographie traditionnelle. Le scanner permet d'obtenir des "photos" de coupes de l'organisme dans les plans verticaux ou horizontaux ; les séries d'images obtenues sont vues sur écran d'ordinateur, ou parfois développées sur un négatif qu'il faut mettre à la lumière (négatoscope ou fenêtre éclairée).
La procédure est numérisée et les images peuvent aussi être enregistrées sur un support numérique.

De plus en plus perfectionné !


La technique se peaufine au cours des années et aujourd'hui, il existe des scanners hélicoïdaux ou spiralés qui permettent de faire des reconstitutions 3D, c'est-à-dire de donner des images des organes en volume.

Avec les appareils de dernière génération, le nombre de détecteurs augmente, améliorant la précision des appareils, la définition de l'image et le volume du corps exploré. On dispose aujourd'hui de scanners multicoupe. En multipliant les rangées de détecteurs, l'appareil est capable de fournir plusieurs "coupes" simultanées. On est passé du scanner 4 coupes par rotation... au 64 coupes. Le dernier né est le scanner 320 coupes qui permet d'obtenir une image très rapidement (en quelques millisecondes). Cela permet - entre autres - de réduire les irradiations de rayons X, d'avoir des temps d'examen plus courts, et d'obtenir plus d'informations pour certaines explorations... En 2008, un scanner de ce type a été installé au CHU de Nancy (il en existe qu'une dizaine dans le monde). Il est bien sûr utilisé pour de nombreux patients, mais il est actuellement en phase en développement pour pouvoir utiliser cet appareil de manière optimale, et découvrir de nouvelles applications.

Au court de l'examen, un produit de contraste à base d' iode, peut être injecté dans une veine d'un bras pour que l'organe ou la région étudié donne des images plus spécifiques et plus précises encore.



publicité