publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bébé pleure : que faire ? : Le spasme du sanglot

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. décembre 2015)

Au fil des mois, de nouveaux pleurs

Les causes internes des pleurs, majoritaires les premiers mois, s'atténueront au cours de la première année. A partir de 6 mois, la plupart des pleurs auront pour origine des causes externes, souvent d'ordre relationnel.

En grandissant l'enfant est en effet la proie à de nouveaux sentiments, et avec de nouveaux « types » de pleurs. Pleurs d'ennui ou de solitude, en pleine période d'éveil, le bébé prend conscience des possibilités qui s'offrent à lui. Rester dans son lit l'ennuiera vite. On peut lui donner des jouets pour l'aider à patienter. Si l'on est occupé, on peut l'installer à côté de soi dans une chaise-haute : regarder sera pour lui un véritable spectacle.

Face à toutes les découvertes qui l'attendent, viendront aussi les pleurs de frustration ou de rage. Encore trop petit pour faire certaines choses, sans compter ce qui lui est interdit de faire... l'enfant fera vite comprendre son insatisfaction par des pleurs.

Des pleurs de peurs apparaîtront également en grandissant. Plus il comprendra ce qui l'entoure, plus l'enfant sera susceptible d'éprouver un sentiment de crainte. Peur du médecin, peur du noir... il faut savoir être là pour le rassurer.

Le spasme du sanglot

Le spasme du sanglot est une forme particulière de pleurs : des pleurs qui montent en intensité, une vive colère... et l'enfant a soudain sa respiration qui se bloque, les lèvres peuvent devenir violettes, ou l'enfant peut être très pâle, et il tombe, perd connaissance.

Le spasme du sanglot est un problème assez fréquent chez les enfants. Il peut se manifester généralement après l'âge de cinq-six mois, jusqu'à l'age de six ans. Généralement, ces crises disparaissent quand l'enfant est capable d'exprimer ses émotions par la parole.

Lorsqu'ils surviennent, les spasmes du sanglot sont très impressionnants pour les parents - et c'est justement le but visé de ces crises. Mais ils ne sont pas graves. Il suffira d'allonger l'enfant qui reprend vite connaissance et sa respiration. Si l'enfant est debout, il peut être conseillé de tenir sa main au cas où il tombe. L'important est de rester calme et, si possible, de faire comme si de rien n'était, en restant ferme.

Encore faut-il être certain qu'il s'agit d'un spasme du sanglot. Aussi, peut-on conseiller de demander l'avis d'un médecin.

Problèmes psychologiques

Des pleurs qui se répètent, une perte d'intérêt pour son entourage, des troubles su sommeil, une perte de poids... peuvent être les signes d'une dépression chez le nourrisson. Ce problème est rare chez le bébé, mais existe. Il peut faire suite à des rapports difficiles de l'enfant avec ses parents, en cas de dépression chez la mère, par exemple. Bien entendu, ces symptômes nécessitent l'avis d'un médecin.

A lire aussi : 
> L'asthme chez l'enfant
> Allaitement et sevrage : les réponses à vos questions 
> La plagiocéphalie : le syndrôme de la tête plate chez le bébé
>
Quand emmener mon enfant chez un psy ?


publicité