publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bébé prématuré : le rôle primordial des parents : Une prise en charge adaptée

Publié par : rédaction Onmeda (17. novembre 2016)

Les médecins français ont beaucoup réfléchi et travaillé sur un meilleur accueil des bébés prématurés et de leur famille. En effet, si les apports techniques sont indispensables à la survie d’un bébé prématuré, le lien affectif avec ses parents compte également beaucoup pour son évolution.

Des maternités adaptées aux risques

Il est très important de choisir le lieu de naissance du bébé, en fonction de la prise en charge spécifique qu’il pourra y recevoir. En cas de naissance très précoce, il faudra choisir une maternité équipée d’un service de réanimation, par exemple.
Les maternités sont classées en différents niveaux, en fonction des soins apportés au bébé :

  • Maternité de niveau 1 : C’est la majorité des maternités. Elles accueillent les futures mamans dont la grossesse est, a priori, sans risque.
  • Maternité de niveau 2 : Ces maternités possèdent un service de néonatalogie et de soins intensifs néonatals sur place ou à proximité. Elles peuvent accueillir des prématurés de 33 semaines et plus.
  • Maternité de niveau 3 : Ces maternités disposent d’un service de réanimation néonatale et sont spécialisées dans le suivi des grossesses pathologiques (hypertension artérielle sévère, diabète, etc.) ou multiples. Ces établissements accueillent des prématurés de moins de 33 semaines.

Il est donc très important, avant l’accouchement, de choisir une maternité adaptée à votre cas. Sachant que toutes les maternités sont équipées, quelque soit leur niveau, d’un bloc obstétrical. Sachant également que toutes les maternités disposent d’un anesthésiste-réanimateur, d’un pédiatre, de sages-femmes. Dans l'immense majorité des cas, l’équipe médicale n’est pas réduite dans les maternités de niveau 1. Ce choix de la maternité sera bien sûr guidé par la sage-femme et le médecin qui vous suivent lors de la grossesse.

Des réseaux de prise en charge

Un peu partout en France se sont développés des réseaux de prise en charge et de surveillance des enfants prématurés et de leurs parents. Ce sont des sages-femmes, des puéricultrices, des pédiatres, des obstétriciens, des psychologues, des orthophonistes et des kinésithérapeutes qui mettent en commun leurs compétences qui collaborent ensemble, sur des protocoles communs, pour mieux prendre en charge le suivi des bébés et pour bien aider les parents.

Les réseaux sont représentés par des équipes soignantes qui travaillent ensemble, mais aussi des établissements qui mettent leurs équipements en commun, pour une meilleure prise en charge.


publicité