publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le cancer et mon couple : le devenir du couple

Publié par : rédaction Onmeda (13. octobre 2016)

Tout comme l’annonce du diagnostic se vit différemment selon les personnes, la présence du cancer au sein de la relation de couple s’appréhende de façon différente selon les individus.

Certains conjoints vont développer des attitudes de surprotection à l’égard de la personne malade, quitte à trop en faire. Bien que partant d’une bonne intention, cette attitude peut être mal perçue par le patient. Ce dernier peut avoir l’impression d’être étouffé par son conjoint, d’être surprotégé. Pour d’autres, ce comportement les renvoient à leur condition de malade et ils peinent à le supporter.

A l’inverse, il arrive que ce soit le conjoint qui fasse preuve de plus de vulnérabilité. Sa souffrance et son mal-être sont parfois tels qu’il arrive que ce soit le patient qui développe des attitudes de surprotection.

D’autres conjoints vont s’emmurer dans le déni en évitant de parler du cancer, en jouant la carte de l’indifférence voire en évitant la personne malade. C’est une façon pour eux de vivre leur couple “comme avant”.

Toutes ces situations sont normales, mais elles mettent à mal le couple et entravent la communication. Il ne faut pas les laisser s’installer trop longtemps et ne pas hésiter à dialoguer avec son conjoint. Faire part de ses doutes, de son agacement, de ce que l’on n’apprécie pas n’est pas une mauvaise chose. Au contraire...

Quand rien ne va plus : on se donne du temps

Le cancer est une épreuve pour un couple. Il peut renforcer les liens qui unissent ces deux personnes mais il peut aussi exacerber des problèmes sous-jacents. Si un couple n’est pas solide, il ne survivra pas à un cancer.

C’est pour cela que le dialogue au sein du couple doit être régulier et sans tabou. Si la communication est difficile dans votre couple, faites-vous accompagner par un psychologue. Vous pourrez vous confier de votre côté et il pourra vous aider à mieux communiquer entre vous.

Sachez que des groupes de paroles existent et qu’ils peuvent être une bonne option.

Et après la cancer : c'est reparti (mais pas comme avant)

On pense souvent qu’une fois le cancer vaincu, tout redeviendra “comme avant”. C’est un leurre. L’épreuve du cancer marque à tout jamais un couple. Ce dernier peut vivre avec une crainte de la rechute, et ainsi continuer un quotidien avec ce troisième membre du couple qu’était le cancer.

La maladie peut également changer le patient qui va alors décider de changer de métier, de changer de vie ou d’adopter une toute nouvelle philosophie. Le conjoint peut alors se sentir exclu ou ne plus reconnaître sa moitié.

C’est pour cela que tous ces changements doivent être discutés avant d’être réalisés. Un accompagnement psychologique, qu'il s'agisse d'une psychothérapie personnelle ou de groupes de parole, peut profiter aussi bien à l’ancien malade qu’à son couple.


publicité