publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le cancer et mon couple : le quotidien

Publié par : rédaction Onmeda (13. octobre 2016)

Métro, boulot, dodo...chimio. Après l’annonce et le choc du diagnostic, la vie quotidienne “reprend son cours”. Au sein du couple, le cancer est omniprésent. Il est en quelques sortes la troisième personne et s’immisce dans tous les aspects de la vie conjugale et familiale, surtout après le début des traitements. Finie la routine, place aux changements imposés par le cancer et ses traitements.


Le début des traitements

Une fois l’annonce du diagnostic passée, une nouvelle étape est à franchir : le début du traitement. Elle est souvent la plus difficile pour un couple.

L’annonce d’un cancer reste très théorique. On imagine, on se projette mais on ne voit pas la réalité du cancer en face. L’entrée dans les traitements rend la maladie réelle et visible. Elle devient alors omniprésente et on observe au quotidien son impact.

Les changements psychologiques

Avec le début des traitements, interviennent également les premiers changements psychologiques. Le malade prend conscience de son nouveau quotidien jalonnés d’examens médicaux, de traitements anti-cancéreux, de "up" et de "down", etc.  Ce qui fatigue et affecte indéniablement son moral. Découragement, tristesse, angoisses et peurs peuvent l’envahir et ainsi avoir un impact sur son attitude et son comportement au quotidien.

Le conjoint peut avoir du mal à reconnaitre sa moitié, d’autant plus si elle était de nature joviale et dynamique. Il peut avoir l’impression que la maladie l’a changée, qu’elle se laisse aller ou encore qu’elle n’est plus elle-même.

Les changements physiques

Le début des traitements marque également le début des modifications physiques. Le teint devient plus terne. La peau se fait plus sèche. Les ongles s’abiment. Les cheveux et les poils tombent. Dans certains cas, s’il y a eu chirurgie, le physique est drastiquement et définitivement modifié. Certaines personnes vont avoir du mal à accepter cette transformation physique.

La personne malade va avoir des difficultés à se reconnaitre dans le miroir, à s’accepter. Elle peut avoir honte de son physique et développer des complexes. Cette transformation va aussi avoir un impact sur le conjoint qui ne la reconnaîtra plus, aura l’impression d’être avec une autre. Certains ont tellement de difficultés à l’accepter, qu’ils préféreront la fuir et s’isoler.

Quelles solutions ? Encore une fois, c'est le temps et le dialogue qui aideront le couple à traverser l’épreuve des modifications physiques. Ecouter, rassurer et comprendre la personne malade est essentiel. Pour qu’un couple survive à un cancer, il faut que les deux personnes fassent front ensemble et se soutiennent.

Les projets ?

Difficile de se projeter lorsque le spectre du cancer flotte au-dessus du couple. Toutefois, il est important de continuer à envisager l’avenir en tant que couple, de penser à “l’après cancer” et de réfléchir aux dispositions à prendre le cas échéant.

Cette étape douloureuse nécessite un dialogue sans tabou entre les deux partenaires. Chacun doit être à l’écoute de l’autre et doit comprendre le point de vue de l’autre. La présence d’un psychologue ou d’un conseiller conjugal peut s’avérer nécessaire et bénéfique.


Les changements de rôle

La période du début des traitements est également celle qui va perturber de plein fouet l’équilibre familial. Les changements physiques et psychologiques du malade ainsi que ses traitements et leurs effets secondaires vont avoir un impact sur la vie courante du foyer.

Les rôles de chacun au sein de la famille peuvent se modifier. Le conjoint et/ou les enfants peuvent être davantage sollicités pour effectuer les tâches ménagères et administratives que la personne malade ne peut plus assumer. Il se peut qu’ils se chargent de tâches qu’ils n’avaient pas l’habitude d’accomplir auparavant.

D’autres éléments vont également s’ajouter à cette liste : accompagner la personne malade lors de ses rendez-vous médicaux, examens médicaux et séances de chimiothérapie. S’assurer que la personne malade ne manque de rien. Récupérer ses médicaments. L’aider dans son quotidien.

Le conjoint et/ou les enfants ainsi que la personne malade peuvent le vivre avec difficultés. Cette dernière peut avoir le sentiment d’être un fardeau pour sa famille. De leurs côtés, conjoint et enfants peuvent avoir l’impression d’être trop mis à contribution ou que leur rôles ne sont plus les mêmes. Ils ne se reconnaissent plus comme un conjoint et des enfants. Si les finances le permettent, embaucher une aide à domicile peut être une bonne solution afin de soulager le malade et son conjoint.


publicité