publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Eviter les ratés de la chirurgie esthétique: Les conseils d'un chirurgien et d'une patiente

Publié par: Dr. Nicolas Evrard (12. octobre 2010)

Entretien avec le Dr. Franck Ouakil, chirurgien plasticien.

Quel est le plus important à savoir quand on choisit un chirurgien ?
Il y a plusieurs choses importantes. D’abord, avoir des renseignements sur les compétences du chirurgien. Le meilleur moyen de se trouver en confiance, est de connaître ce praticien, par le bouche à oreille, par des amis. Les patientes savent très bien parler de leur chirurgien. Elles diront les qualités et les défauts. Et surtout, vous pourrez juger des résultats, directement sur la patiente. Donc, parlez-en avec vos amies déjà opérées.

Y a-t-il des interventions plus à risques que d'autres ?
Certainement les rhinoplasties. Sans faire de jeu de mot, ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Des seins ratés, ça peut se camoufler, même si un ratage peut avoir d’immenses conséquences psychologiques. Mais un nez raté, on ne voit que ça ! Il faut donc choisir un praticien très expérimenté dans ce domaine. Il faut demander à voir des photos et ne pas se laisser impressionner par le discours du chirurgien.

Témoignage d'une patiente victime d'un ratage

Le témoignage d'Elodie, 22 ans, victime d' un "ratage".

Comment est arrivé ce "ratage" ?
Depuis l’ adolescence, je rêvais de faire grossir ma poitrine. J’étais très complexée par mes seins trop petits. Dès que j’ai eu 18 ans, dès que j’ai atteint ma majorité, je suis allée sur Internet. Je suis tombée sur une belle page d’accueil. J’ai pensé que c’était un centre de référence de chirurgie esthétique. Et, en fait, j’ai été déçue dès le début. C’était l’usine, là-dedans.

Et vous ne vous êtes pas méfiée ?
Vous savez, j’étais jeune. Je ne me suis pas rendue compte. J’ai rencontré un médecin qui m’a proposé très rapidement d’adapter la taille de mes seins, à la taille de mes hanches. En fait, je n’ai pas tellement eu le choix.

Et vous y êtes allée quand même ?
J’ai foncé ! Vous pensez, j’en rêvais depuis toute petite...

Conséquences et corrections

Suite du témoignage d'Elodie, 22 ans, victime d' un "ratage".

Ça s'est passé comment ?
Mal ! J’ai été opérée le 22 avril 2003. J’ai attendu, attendu. L’attente était interminable. Bon. Et puis j’ai été opérée. Au début ça allait. Mais rapidement une coque s’est formée. C’est une sorte de rejet. Le silicone était mal mis en place. Et il y avait un trop gros écartement entre mes deux seins.

Vous vous êtes rendu-compte tout de suite, que c'était raté ?
Non ! Les tout premiers jours, avec les bandages, avec les oedèmes et tout, ça ne se voyait pas trop. Mais après, c’était horrible. Je n’avais pas les deux seins au même niveau. C’est sûr, la taille était mieux. Habillée, ça allait. Mais déshabillée, c’était super moche.

Comment avez-vous fait pour réparer le ratage ?
J’en ai discuté autour de moi. Une de mes amies m’a donné le nom d’un autre praticien. Il a fallu que je recommence. Sauf que cette fois-ci, c’était génial. Il a tout réparé. J’ai vu tout de suite que c’était différent avec lui. Il a pris le temps de discuter avec moi, il m’a tout expliqué, il m’a vue plusieurs fois. Et je suis très contente. Maintenant tout va bien. Ça va tellement bien, que je viens de lui demander de refaire mon nez...


publicité