publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Des lèvres pulpeuses grâce à la chirurgie ou des injections : Témoignage d'une patiente

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. décembre 2007)

Pourquoi vous êtes-vous décidée pour des injections d’acide hyaluronique ?
On n’a pas la même tolérance pour toutes les rides. Il y a des rides que l’on supporte, voire même qu’on aime bien. Moi, par exemple, les petites rides au coin des yeux, j’aime bien. En revanche, je ne supporte pas l’effet « cul de poule » des rides autour des lèvres. Vous savez, ces rides du fumeur. Je trouve ça immonde. De plus, j’ai les lèvres assez fines, et j’ai toujours rêvé d’avoir une bouche plus pulpeuse. Sans pour autant aimer les trop grosses bouches. Donc, je suis allée voir un chirurgien esthétique que je connaissais par une amie. Il m’a conseillé l’ acide hyaluronique.

C’est douloureux ?
Non ! Juste le temps de l’anesthésie. Mais, pas plus que chez le dentiste. Après, on ne sent plus rien. Et l’effet est immédiat. Le chirurgien m’avait même donné un miroir et je suivais l’évolution en temps réel. Je pouvais lui dire : « encore un peu plus par ici, ou par là ». Et quand l’anesthésie se dissipe, on ne sent rien de plus. Pas de bleus, pas de marques.

Sarah, 50 ans, raconte...

Vous êtes contente du résultat ?
Oui ! Ravie. Quand je mordille mes lèvres, je sens du volume. C’est génial comme sensation. Et puis comme le chirurgien y est allé tout doucement, les gens ne s’en sont pas aperçus. Ils m’ont juste trouvé l’air plus jeune. Forcément, je n’ai plus ces ridules autour de la bouche.

Vous envisagez de passer aux implants ?
Pourquoi pas… Ou de recommencer l’ acide hyaluronique. Ça, c’est sûr que je recommencerai. Ce que je ne veux pas, c’est avoir de trop grosses lèvres. Ça se discute avec le chirurgien. Et vous savez, je ne suis pas une accro de la médecine ou de la chirurgie esthétique. Mais ça, c’est juste un peu. Juste bien !

Ce témoignage favorable ne doit pas faire occulter d'éventuels problèmes. Pour en savoir plus, lisez le dossier : Éviter les ratés de la chirurgie esthétique.


publicité