publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Chirurgie réparatrice, esthétique : c'est remboursé ? : L'avis d'un chirurgien

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (12. octobre 2011)

Entretien avec le Docteur Franck Ouakil, chirurgien esthétique.

Il n'est pas toujours simple de s'y retrouver dans les remboursements en chirurgie plastique...
Pas simple, non. On peut même dire que pour nous, praticiens, c’est un vrai casse-tête !
Mais les choses ont beaucoup changé depuis quelques années. Avant, rien n’était répertorié : la sécu remboursait en fonction de l’accord du médecin conseil qui décidait selon des critères plus vagues qu’aujourd’hui.
Maintenant, avec la CCAM (Classification commune des actes médicaux), chaque geste chirurgical répond à une nomenclature. Au final, nous, chirurgiens, nous avons des tonnes de paperasses à remplir avant, pendant et après l'opération. Et il faut que nos gestes correspondent bien aux cases prévues. Sauf que les cases prévues, l’ont été par des technocrates, même si les praticiens ont été consultés. Du coup, on se retrouve souvent avec des actes à faire, qui ne sont pas "nomenclaturés".
En fait, même si l’idée de la CCAM est bonne, il faudrait la faire évoluer et la perfectionner.

Un exemple ?
Les opérations sur les asymétries mammaires. En clair, cela signifie qu'une femme a un sein beaucoup plus développé que l’autre. Une intervention chirurgicale peut être, dans ce cas, prise en charge par la sécurité sociale. Mais sur un sein seulement ! Soit, le médecin conseil accorde une réduction mammaire sur le sein le plus gros, soit, il accorde la pose d’une prothèse sur le plus petit. Or, pour le chirurgien, réparer une asymétrie mammaire est difficile, lorsqu’il n’intervient que sur un seul sein. La symétrie est alors pénible à obtenir.

Comment choisir entre l'hôpital ou une clinique, dans ces conditions ?
C’est vrai, il y a le problème des secteurs qui vient s’ajouter à la CCAM. Le secteur 1, c’est tout ce qui est pris en charge par la sécurité sociale. Le secteur 2, ce sont les praticiens qui sont conventionnés mais qui font des dépassements d’honoraires, et le secteur 3, c’est tout ce qui est hors convention (pas du tout pris en charge).
À l’hôpital, les chirurgiens sont très compétents, notamment en chirurgie réparatrice. Mais, en chirurgie esthétique pure, ils ont peut-être moins d’expérience que des chirurgiens qui ne font que ça.
De toute façon, tout ce qui est chirurgie esthétique, n’est pas pris en charge. Il faut le savoir et préparer son budget en fonction de ça


publicité