publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Chirurgie réparatrice, esthétique : c'est remboursé ? : La prise en charge

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (12. octobre 2011)

La chirurgie réparatrice (après une importante brûlure, un grave accident...) est prise en charge le plus souvent à 100%, de même que les interventions dont on vient de parler : hypertrophie mammaire importante, tablier abdominal, oreilles décollées, ou cloison nasale déviée avec gêne respiratoire.

Le remboursement couvre la totalité du prix de l’opération et son anesthésie, à condition que l’intervention soit pratiquée dans un hôpital public ou un établissement conventionné. Les dépassements en clinique privée ne sont pas pris en charge par l' Assurance maladie, comme pour toute autre intervention.

Attention aux fraudes

Depuis quatre ans, l’ Assurance maladie s’est lancée dans une grande chasse aux fraudeurs. Résultat : 24 millions d’euros économisés sur des actes de chirurgie esthétique, passés pour des actes de chirurgie réparatrice.

Les fraudes peuvent être du fait :
> D'un chirurgien qui facture à l’Assurance maladie un acte soumis d’ordinaire à l’entente préalable, sans avoir averti le médecin conseil. Il risque alors de passer devant le Conseil de l’ordre.

> D'un chirurgien qui pratique une chirurgie esthétique en la faisant passer, auprès de l’Assurance maladie, pour une opération remboursée. Il risque alors le tribunal pénal.

> D'un patient qui se fait opérer à l’étranger et revient avec une facture d’opération (fausse) de l'appendicite. Il risque une forte amende.

Donc, dans tous les cas, mieux vaut choisir un praticien qui respecte les règles et les respecter soi-même, car les sanctions peuvent coûter plus cher que l’opération elle-même !

Pour l’Assurance maladie, cette chasse aux abus, n’a qu’un seul but : éviter les dérapages et ne pas mettre en péril notre système de remboursement des soins. Cette institution se plaint souvent d’apparaître comme le méchant père fouettard, comme l’empêcheur de tourner en rond... " Préserver nos acquis sociaux oblige bien évidemment à une gestion à la fois rigoureuse et responsable ", indique-t-on à l’Assurance maladie.

À lire aussi nos dossiers :
> Des lèvres pulpeuses... mais pas trop !
> Pour un lifting réussi !
> La chirurgie des paupières pour une regard neuf.


publicité