publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Se refaire faire le nez : Conseils d'un chirurgien esthétique

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (20. février 2008)

Interview du docteur Franck Ouakil.

Quelle est la réaction la plus fréquente, au moment du retrait du plâtre ?
Les larmes ! Ce sont des personnes qui ont des complexes depuis des années et qui, tout à coup, se trouvent transformées dans le miroir. Et ça, malgré les hématomes, malgré les oedèmes ! La réaction la plus fréquente, ce sont les larmes de joie. C’est vraiment toujours un moment très émouvant pour le praticien que je suis, même après des années d’exercice.

Est-ce qu’il y a des nouveautés en matière de rhinoplastie ?
Pas grand-chose. C’est une intervention qui est "rôdée" maintenant. Toujours délicate, bien sûr, mais rôdée. S’il y a une nouveauté, cela concerne les rhinoplasties d’augmentation.

Qu’est ce que c’est ?
C’est une opération qui s’adresse à ceux qui ont pratiqué la boxe ou qui ont eu des fractures du nez, mais elle peut s'adresser aussi aux asiatiques ou aux africains. Elle s'effectue pour tous ceux qui veulent "occidentaliser" leur nez.

Comment ça se pratique ?
Classiquement, on utilise du cartilage ou de l’os prélevés sur le patient lui-même au niveau de l’oreille ou de la hanche. Mais depuis quelques temps, on utilise des implants synthétiques. Ce qui évite une intervention trop lourde puisqu’avec les implants synthétiques, on n’a plus besoin de prélever du cartilage ou de l’os. Donc, une seule intervention. Et sous anesthésie locale, la plupart du temps. En plus, c’est plus stable dans le temps que les greffes de cartilage ou d’os.


publicité