publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Se refaire faire le nez : Prix, suites opératoires...

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (20. février 2008)

Bien souvent l’intervention se pratique en ambulatoire, sans devoir être hospitalisé. Vous arrivez le matin, vous repartez le soir. Avec un plâtre sur le nez, ça va de soi ! Autrement : une nuit d' hospitalisation doit être prévue.

Vous pouvez bénéficier d’une anesthésie générale (avec auparavant une consultation d’anesthésie au moins deux jours avant l'intervention) ou de techniques associées, comme une anesthésie locale accompagnée d’une hypnose

Les suites opératoires

L’intervention n’est en principe pas douloureuse. Elle entraîne cependant une gêne plus ou moins importante pendant quelques jours. Il y a une réaction inflammatoire, des oedèmes, des bleus, les paupières gonflées et le nez bouché.

Il faut donc envisager pour être tranquille un arrêt de travail d’une dizaine de jours. L’inconfort dure entre cinq et sept jours. Le plâtre est retiré au bout d’une huitaine de jours.

Le coût de l'opération

> Pour une rhinoplastie complète : environ
4 200 euros.
> Pour une pointe : environ 2 500 euros.

Le chirurgien vous remet un devis détaillé, et vous avez un délai minimum de quinze jours avant de vous décider. S’il s’agit d’une opération à visée esthétique, elle n’est pas remboursée pas l’ assurance maladie.

Sur ce point surviennent parfois quelques abus. Une opération esthétique peut être "maquillée" en rhinoplastie dite fonctionnelle (en "prétextant" une gène respiratoire plus ou moins importante). Cela permet au patient d’être remboursé par la sécurité sociale.

Mais attention, il n’est pas interdit de profiter d’une opération fonctionnelle pour pratiquer un acte esthétique. Dans ce cas, le chirurgien remet deux devis séparés.

Les pièges à éviter

Les personnes qui demandent une rhinoplastie, sont généralement assez jeunes. Elles souffrent de la forme de leur nez depuis l’ adolescence et attendent la majorité et suffisamment d’argent pour se faire opérer.

Nos conseils :
> Les jeunes - on le sait - naviguent beaucoup sur Internet. Attention aux tarifs très bas parfois proposés.

> Il vaut mieux tenir compte du bouche à oreille, mettre quelques euros de plus dans l’intervention et choisir directement le bon chirurgien. Cela évitera les déconvenues, les ratages et les opérations de rattrapage qui s’en suivent.

> Lisez notre dossier : Éviter les ratés de la chirurgie esthétique.

> Vous pouvez vous renseigner et vérifier les qualifications du chirurgien, sur le site du Conseil national de l'ordre des médecins


publicité