publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Pour un lifting réussi ! : Les conseils d'un chirurgien esthétique

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (12. août 2010)

Entretien avec le docteur Patrick Baraf*, chirurgien plasticien qui apporte différents conseils.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes intéressées par un lifting ?
S’informer ! Il y a un grand manque d’information autour du lifting. Pourtant, tout le monde connaît le principe de l’opération et ça tente beaucoup de monde. Mais, paradoxalement, le lifting souffre de ça : d’un manque d’information. Les femmes ont peur !
Parce que les liftings que l’on voit, ceux que l’on remarque dans la rue ou dans la presse, ce sont les lifting ratés. Ceux, vous savez, qui donnent cette espèce de visage en tête de poisson. C’est épouvantable. Et quand les femmes voient des stars avec ce genre de visage, elles se disent : quoi ! ces stars ont de l’argent, elle peuvent profiter des meilleurs praticiens et le résultat, c’est ça ? C’est que ça ne marche pas ! Et elles ne vont même plus se renseigner.

Alors, pourquoi ces liftings inadéquats, même chez les stars ?
Vous savez, il en est des liftings comme de la haute couture... C’est toujours affaire de tissus ! Il existe des écoles, des marques de fabrique ! Les chirurgiens ont leur propre signature. Et comme parfois, ils sont un peu mégalos, comme les grands couturiers, ils aiment rendre leur signature visible.

Qu'est ce qu'un lifting réussi ?
Un lifting réussi est un lifting qui ne se voit pas. Il faut, après le lifting, que la patiente se reconnaisse dans le miroir, que sa famille la reconnaisse et que l’on ne se retourne pas sur elle dans la rue en la plaignant. Il faut que ce soit naturel. C’est ça, le maître mot : naturel ! Mais attention ! La notion de naturel est subjective. Pour certains chirurgiens, il est « naturel » de faire de grosses lèvres, un tout petit nez et une peau archi-tendue... Naturel, c’est déjà que vous ne ressembliez pas à un poisson !

Comment bien choisir son chirurgien ?
La première chose, c’est que vous compreniez ce qu’il vous dit. Et qu’il prenne le temps ! Moi, mes patientes, je les garde au moins deux ou trois heures dans mon cabinet pour parler avec elles. Pour connaître leurs attentes et leur personnalité. C’est fondamental. Et surtout, je leur parle en sorte qu’elles comprennent bien ce qui va leur arriver. Je vois tellement de patientes qui arrivent dans mon cabinet après un ratage. Elles me disent toutes la même chose : « quand le chirurgien m’a parlé, je n’ai rien compris ».

*"Chirurgie esthétique : ce que je dois vous dire, Dr Patrick Baraf, Editions Plon.


publicité