publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'embolisation du fibrome utérin : L’embolisation, pour qui ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. octobre 2014)

En France, on compte en moyenne 2 000 embolisations du fibrome utérin pratiquées par an, ce qui est très peu par rapport au nombre de personnes gênées par un ou des fibromes.
Assez souvent c'est l'hystérectomie qui est pratiquée, et les grossesses ne sont donc plus possibles. L'embolisation en revanche, conserve l'utérus.

Les complications


Comme nous venons de le voir, l'embolisation d'un ou de plusieurs fibromes ne génère pas de stérilité. Les complications graves liées à cette opération sont très rares. Des études ont relevé qu'au niveau mondial la mortalité est de 0,005% (contre 0,6% pour l'hystérectomie), et les infections sont rares.

Nos conseils


> Il est important de se faire opérer par un radiologue interventionel qui a une bonne expérience de cette technique d'embolisation. En France, une quarantaine de centres pratiquent cette intervention.

> La durée d'hospitalisation pour une embolisation du fibrome utérin est très courte : une ou deux nuits (contre cinq à sept jours pour une hystérectomie). Cela permet aux patientes de reprendre rapidement leurs activités et leur travail.

> Pour plus d'informations, n'hésitez pas à en parler à votre gynécologue ou au radiologue interventionnel de votre région. La décision d'embolisation est prise de façon interactive entre ces deux médecins spécialistes.

Retrouvez, dans cette vidéo, les conseils du gynécologue sur ce qu'il faut faire en cas de fibrome :

Question gynéco

Sources et notes : GEST (Global Embolization Symposium and Technologies), 2009.

Auteur : Clémentine Fitaire.
Consultants experts : Docteur Catherine Mercier Marty, gynécologue, et
Professeur Marc Sapoval, Chef de Service de radiologie cardio-vasculaire et interventionnelle, Hôpital européen Georges Pompidou (Paris).


publicité