publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'embolisation du fibrome utérin : La technique de l’embolisation

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. octobre 2014)

En 1989, une équipe de radiologues interventionnels et de gynécologues de l'hôpital parisien de Lariboisière a mis au point la technique d'embolisation des artères utérines permettant de traiter les fibromes. Aujourd'hui elle est proposée aux patientes après l'analyse de plusieurs paramètres : symptômes, âge, désir de grossesse, localisation et taille des fibromes...

La technique d'embolisation du fibrome utérin est relativement simple à comprendre mais nécessite l'expérience du radiologue interventionnel, habitué à se repérer parmi les nombreuses artères de l'organisme. Ce traitement consiste à injecter, grâce à un fin cathéter introduit au niveau du pli de l'aine, des microbilles dans les artères de l'utérus. Ainsi, les petites artères qui irriguent le fibrome seront bouchées, « asphyxiées », ne l'alimentant plus. Les fibromes ne disparaissent pas mais meurent et rétrécissent, stoppant ainsi les différents symptômes (compressions pelviennes douloureuses, saignements...).

Cette technique s'adresse à un grand nombre de femmes ayant des fibromes à l'origine de symptômes. Elle est indiquée pour certains fibromes, ou dans un contexte clinique précis (chez une femme jeune ayant un désir de grossesse, et chez qui une opération chirugicale est impossible).

L'embolisation du fibrome utérin est une opération qui s'effectue sous anesthésie péridurale et analgésie auto-administrée, qui dure environ une heure. Les suites opératoires étant souvent assez douloureuses, une anesthésie péridurale est maintenue plusieurs heures après l'intervention. Une hospitalisation de 24 à 48 heures est généralement nécessaire. La patiente effectuera un examen IRM de contrôle environ 15 jours plus tard. Et sera revue en consultation un mois après l'intervention avec le résultat d'IRM.


publicité