publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L’hystérectomie: Le déroulement de l'opération

Publié par: Dr. Nicolas Evrard (05. février 2015)

Dans la grande majorité des cas, quand il y a suspicion de cancer, le chirurgien devra « ouvrir ». Autrement dit, le chirurgien effectue une incision de quelques centimètres au bas de l'abdomen. Mais s'il n'y a pas de suspicion de cancer et que l'utérus est petit, il pourra passer par le vagin (après une coelioscopie).

La durée de l'hystérectomie varie en fonction de ce que doit faire le chirurgien. En cas de cancer, l'opération sera bien sûr plus longue. Il pourra, dans certains cas, effectuer l'analyse d'un ganglion sentinelle. L'hystérectomie peut s'effectuer sous anesthésie générale ou anesthésie régionale, péridurale.

Les complications de ces interventions sont très rares, et peu de femmes se plaignent de douleurs ensuite. Enfin, il faut savoir qu'il n'y a jamais de vide dans le ventre : ce sont les intestins qui viennent ensuite prendre la place des organes enlevés. Et à l'état normal, un utérus ne mesure que 8 cm en moyenne.

Voir aussi cette vidéo :

Hystérectomie: Video

Les conséquences de cette opération


Dans le cas d'une hystérectomie avec conservation des ovaires, il n'y a quasiment aucune conséquence. Cette opération ne pèse pas sur la libido et on peut tout à fait reprendre une sexualité normale ensuite.

Toutefois, si après l'opération, vous avez des inquiétudes, il ne faut surtout pas hésiter à aborder cette question avec votre chirurgien.

En revanche, lors d'une hystérectomie sans conservation des ovaires, les conséquences sont beaucoup plus lourdes : baisse de la libido, sécheresse vaginale, bouffées de chaleur, insomnies, parfois même déprime et, évidement, ménopause précoce. Malgré tout, il ne faut pas perdre espoir, car il existe un traitement hormonal qui pourra diminuer ces effets.



publicité