publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Opération de la presbytie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard

© Jupiterimages/Stockbyte

L'opération de la presbytie est possible, et désormais au point.

C'est l'une des petites joies du temps qui passe. Une fois franchie la quarantaine, lire son journal devient une partie de gymnastique. Et c'est lorsque l'on constate que les bras sont trop courts pour pouvoir éloigner encore sa lecture, qu'il faut faire quelque chose... Alors, les petites lunettes demi-lune, viennent nous rappeler que l'on n'a plus vingt ans. Pourtant, il existe maintenant des techniques opératoires efficaces qui peuvent nous dispenser définitivement de ces petites lunettes de grand-mère. Petit coup d'oeil :

La presbytie, c'est quoi ?

C'est un effet naturel du vieillissement. Le cristallin (la lentille située à l'intérieur de l'oeil) se durcit, augmente de volume, et n'arrive plus à passer, comme avant, de la vision de loin à la vision de près. Le cristallin accommode moins bien en ne se déformant plus suffisamment. Son « autofocus » disparaît, en quelques sortes.

Cela concerne tout le monde. Les myopes sont épargnés plus longtemps. Et on les voit, souvent, soulever leurs lunettes de myopes pour pouvoir lire de près et les remettre ensuite pour voir de loin. Les autres, les hypermétropes, les astigmates ou ceux qui ne souffrent d'aucun trouble de la vision doivent porter des verres correcteurs, de simples loupes ou des verres progressifs. Mais depuis une dizaine d'années, l'opération de la presbytie par laser ou par implants multifocaux, permet de libérer de ces fatigantes lunettes que l'on perd tout le temps.

Laser ou implants ?

Cela fait maintenant une dizaine d'années que les opérations de la presbytie ont été mises au point, mais elles ne se pratiquent couramment que depuis trois ans. Ces opérations, qu'elles soient au laser ou par implants, ne rendront pas la vision de nos 20 ans. Mais, elles permettront de se passer de lunettes, sauf lors de certaines activités très précises, comme la vision de nuit ou la lecture de tous petits caractères dans un mauvais éclairage.

Cependant, on verra confortablement dans 90% de nos activités. Le choix de l'une ou l'autre technique opératoire, dépendra de son âge et de l'existence ou non d'un trouble visuel déjà existant. En gros, la technique par laser sera plutôt indiquée lors de défauts visuels mineurs et chez les moins de 60 ans, alors que les implants sont plutôt réservés aux défauts visuels importants et aux plus de 55 ans.

 

Auteur : Sylvie Charbonnier
Consultant expert : Docteur Jean-Marc Ancel, ophtalmologiste, membre de l'académie de chirurgie.



publicité