publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Opération de la vésicule biliaire : A savoir sur l’opération

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (26. mars 2014)

Elle est pratiquée par un chirurgien digestif ou général, sous anesthésie générale. Elle dure entre 30 et 90 minutes selon les difficultés.

Plusieurs techniques sont possibles :

> La laparoscopie (ou coelioscopie) : Elle est la plus courante. Le chirurgien réalise quatre petits trous sur l'abdomen. L'un d'une dizaine de millimètres au niveau du nombril pour faire passer une mini-caméra et trois autres d'environ cinq millimètres pour les instruments qui permettront de maintenir la vésicule et de la détacher. On insufflera du gaz dans l'abdomen pour mieux visualiser les différents organes et pouvoir opérer.
Première étape, on introduit la mini-caméra pour visualiser et détecter d'éventuelles anomalies. Ensuite, on réalise une radio du canal cystique (qui relie la vésicule au canal hépatique) pour vérifier l'absence de calculs dans la voie biliaire ou d'anomalies anatomiques (plaies...). Dernière chose, on isole les vaisseaux reliés à la vésicule puis on les coupe pour libérer l'organe.
L'avantage de cette méthode : les cicatrices sont très discrètes et la récupération rapide.

A noter que l'on peut se faire opérer par coelioscopie même si on a déjà subi une chirurgie abdominale dans le passé. Il y a quelques années, avoir des antécédents de chirurgie abdominale constituait une contre-indication à la laparoscopie. Désormais, ce n'est plus le cas. Cela dépend de l'expérience du chirurgien. Certains n'hésitent pas à opérer - avec succès – même si le patient a connu plusieurs opérations auparavant. La décision est prise au cas par cas.

> L'opération classique (laparotomie). Elle peut être préférée par le chirurgien en cas d'importantes inflammations ou de complications. Elle consiste à inciser l'abdomen sur 7 à 10 cm puis à détacher la vésicule. La cicatrice est plus importante et la récupération légèrement plus lente.

> La chirurgie trans-orificielle. Cette dernière technique commence très progressivement à se développer, notamment aux États-Unis. Le principe : chez la femme, enlever la vésicule en introduisant les instruments de coelioscopie par le vagin pour limiter encore davantage les cicatrices.



publicité