publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Opération du cancer du sein : mastectomie et tumorectomie : La chirurgie du cancer du sein avec reconstruction immédiate

Publié par : Dr. Ada Picard (11. octobre 2016)

Lorsque le cancer nécessite une mastectomie, il est possible d'envisager dans certains cas une reconstruction immédiate. En clair, cela signifie qu'au réveil, la patiente gardera un galbe, la forme du sein. Après l'ablation de la glande mammaire et des ganglions, le chirurgien, dans le même temps opératoire, remplacera la glande prélevée soit par une prothèse placée en rétro-pectoral, c'est-à-dire derrière le muscle pectoral ; soit se servira de portions de muscles prélevées à partir du muscle grand dorsal (le muscle du dos) ou du muscle grand droit (un muscle abdominal).

La reconstruction du sein différée


Lorsque des séances de radiothérapie sont envisagées après la mastectomie, ou qu'une chimiothérapie s'avère obligatoire, la reconstruction mammaire peut être proposée plus tard. Elle aura lieu après la fin de ces traitements. De la même manière que lors d'une reconstruction immédiate, une prothèse sera proposée, ou une reconstruction à partir de ses propres tissus (peau, graisse, muscle du dos ou du ventre).

En attendant une chirurgie réparatrice, il sera proposé à la patiente une prothèse mammaire externe, en gel de silicone. Elle permettra de garder une bonne silhouette de sa poitrine.

Dernier conseil : gare au tabac ! Les chirurgies réparatrices donnent de moins bons résultats chez les fumeuses (mauvaise qualité des tissus et notamment de la peau).

Lire aussi nos dossiers :
> Cancer du sein : les nouveaux traitements.
> Chimiothérapie : limiter les effets secondaires.
> Radiothérapie : limiter les effets secondaires.
> Après un cancer du sein, quelle surveillance ?.
> La reconstruction mammaire après un cancer.

Auteur : Sylvie Charbonnier.
Experts consultants : Pr. Emile Daraï, secrétaire général du collège national des gynécologues et obstétriciens français, Université Pierre et Marie Curie, hôpital Tenon, AP-HP et le Dr. Anne Bolatre, gynécologue-obstétricienne à Dijon.


publicité