publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Opération du cancer du sein : mastectomie et tumorectomie

Publié par : Dr. Ada Picard (11. octobre 2016)

© Jupiterimages/Digital Vision

Grâce aux campagnes de dépistage du cancer du sein, les tumeurs sont découvertes à des stades de plus en plus précoces offrant la possibilité de traitements conservateurs. Cela signifie que l'opération du cancer du sein permet de plus en plus souvent de conserver le sein, et de ne retirer que la zone cancéreuse. Puis de remodeler le sein opéré pour préserver le résultat esthétique.

Dans tous les cas, en fonction de la taille de la tumeur, plusieurs types d'opérations sont possibles :

  • La tumorectomie conserve le sein après l'ablation de la zone de la tumeur. Pour préserver au maximum la forme et le galbe initial du sein, les techniques chirurgicales ont évolué. L'oncoplastie associe les techniques des chirurgies cancérologique et plastique.
  • Le prélèvement des ganglions axillaires (sous l'aisselle) ou un curage ganglionnaire axillaire permet de savoir si les cellules cancéreuses ont pénétré ou non dans la circulation lymphatique, et d'enlever éventuellement les ganglions malades.
  • L'opération du cancer du sein peut être aussi réalisée après plusieurs séances de chimiothérapie.
  • La mastectomie enlève tout le sein.


Enlever seulement la tumeur

C'est la chirurgie conservatrice. On parle de tumorectomie. L'intervention consiste à retirer la tumeur tout en respectant le plus possible le galbe du sein et le mamelon. Elle est possible dans le cas de petites tumeurs, de moins de 3 cm.

A noter que ce traitement conservateur peut être proposé pour des tumeurs légèrement plus importantes. Cela peut se faire grâce à la chirurgie oncoplastique qui associe à la fois les procédés de chirurgie classique et plastique.

Bien entendu, le chirurgien enlève aussi un ou plusieurs ganglions, afin de rechercher d'éventuelles métastases ganglionnaires et de les retirer.

La tumorectomie est suivie d'un traitement par radiothérapie et d'un traitement médical par hormonothérapie et/ou chimiothérapie en fonction des caractéristiques de la tumeur et des ganglions.

L'intervention en elle-même dure peu de temps. L'hospitalisation n'est que de 24 heures à 3 ou 4 jours. Les suites opératoires sont peu douloureuses, grâce à la prise d'antalgiques efficaces. Le sein peut être légèrement déformé les premiers jours après l'opération, mais l'évolution est rapidement favorable.

Un gonflement dans le creux axillaire peut se former (il s'agit d'un lymphocèle), mais il est de plus en plus rareen particulier grâce à l'utilisation de la technique du ganglion sentinelle. Ce lymphocèle est dû à l'écoulement de la lymphe hors des vaisseaux lymphatiques sectionnés pendant l'opération. Durant les semaines suivant l'intervention, des séances de kinésithérapie sont prescrites pour limiter les séquelles, telles que la diminution de la mobilité de l'épaule, ou l'apparition d'un lymphoedème (gros bras).

En savoir plus :

- L'auto-examen du sein expliqué en vidéo
- La mammographie
- Le fibrome du sein
- Le nodule du sein expliqué en vidéo
- Le cancer du sein
- Le dépistage du cancer du sein

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous sur nos FORUMS Cancers


publicité