publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Opération du ligament croisé antérieur du genou : Pourquoi ça casse ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. février 2015)

Le ligament croisé antérieur du genou peut se casser lors d'un accident, une chute dans les escaliers, par exemple. Mais, la plupart du temps, ce sont les sportifs qui sont le plus concernés. Le ligament casse lorsque l'on tire trop dessus, tout simplement, lors d'une torsion du genou ou d'un mouvement latéral trop violent. Cela arrive rarement dans les sports dans l'axe (la course à pied, le vélo...), en revanche la rupture est fréquente lors de la pratique de sports de pivot (comme le ski) et dans les sports de contact (sports de combat, judo, foot...). La douleur est brutale, obligeant à l'arrêt de l'effort et provoquant, parfois, un gonflement du genou.

Conséquences de la rupture


Au moment de la rupture, la douleur est souvent très vive. Mais, elle ne dure pas forcément plus de quelques minutes, sauf s'il y a également rupture d'un ligament interne ou si les ménisques ou le cartilage sont abîmés. Il est donc possible de marcher normalement et sans douleur, après la rupture d'un ligament croisé antérieur.

En revanche, l'articulation n'est plus fixe : le tibia peut partir vers l'avant (c'est la laxité), et le genou peut se déboîter facilement (c'est l'instabilité articulaire).

Sauf dans le cas d'une rupture partielle, le ligament rompu se nécrose et disparaît.
En fait, toutes les personnes victimes de cet accident, ne vont pas développer les mêmes symptômes, pour la simple raison que nous n'avons pas tous les mêmes genoux. Certains, très musclés, vont compenser la perte de stabilité, avec leurs muscles. D'autres, au contraire, vont se déboîter l'articulation au moindre mouvement de rotation. Ce sont ces différences qui vont déterminer l'utilité ou non, d'une opération.

Voir aussi la vidéo :

Traumatologie


publicité