publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Prothèse de hanche : La kinésithérapie post-opératoire

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (10. janvier 2013)

La kinésithérapie sera entreprise rapidement et progressivement après l'intervention : lever, marche, apprentissage d'un certain nombre de gestes pour éviter une luxation de la prothèse

Il est indispensable pendant les 3 mois qui suivent le geste chirurgical d'éviter certains mouvements qui peuvent luxer la prothèse : tous les mouvements de flexion, de rotation interne et d'adduction sont à prohiber pendant ce temps-là et le kinésithérapeute passera en revue tous les mouvements des positions couchée, assise, debout, qui doivent être évités.

Retour progressif aux activités normales


Après cette période de 3 mois, une reprise progressive des activités antérieure est possible ; il faut néanmoins éviter une prise de poids, les chocs, les mouvements répétitifs, la station debout prolongée... et éviter les sports violents.

Les personnes opérées seront régulièrement revues par leur chirurgien pour voir si la prothèse est bien supportée, si elle tient bien....

Après 10-15 ans en moyenne, il faut en général remplacer la prothèse par une autre, car malgré la solidité des matériaux utilisés, elle s'use.

A retenir


Une prothèse de hanche est posée lors d'une intervention chirurgicale soit après une fracture de hanche soit devant une arthrose qui détruit peu à peu l'articulation et devient un handicap. C'est une intervention qui est sûre, avec peu de risques. Pendant 3 mois après l'intervention, il est important d'éviter tous les mouvements de rotation, flexion, adduction de la hanche qui peuvent luxer la prothèse. Les séances de kinésithérapie permettent de reconnaître ces mouvements et de les éviter. La mise en place d'une prothèse de hanche permet une reprise des activités antérieures au bout de 3 mois environ, sauf les sports violents qui sont à éviter. Les chirurgiens orthopédiques posent environ 150 000 prothèses de hanche, chaque année.


publicité