publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La prothèse du genou : Comment bien se préparer à l’opération ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. février 2015)

Avant la mise en place d'un prothèse du genou, comment bien se préparer à l'opération ?

D'abord bien choisir son chirurgien. Mieux vaut faire appel à un praticien expérimenté. Encore une fois, l'intervention est rodée, et parfaitement au point. Mais, se présenter dans un service hospitalier d'orthopédie ou dans une clinique qui ne pratique que quelques opérations de ce type chaque année, n'est pas la meilleure idée. Choisir un praticien dont c'est la spécialité est vivement recommandé.

Comme toute intervention, la mise en place d'une prothèse du genou doit faire l'objet de précautions et d'une préparation visant à limiter les risques, d'une part de l'anesthésie, d'autre part de la chirurgie orthopédique :

> L'anesthésie peut être générale ou locorégionale, voire limitée à la jambe à opérer. Le bilan pré-anesthésique effectué lors d'une consultation préalable à l'hospitalisation, doit être d'autant plus rigoureux que dans bon nombre de cas, cette intervention s'adresse à des personnes âgées et souvent fragiles.

> La prévention du risque d'infection nosocomiale : toute chirurgie orthopédique présente des risques infectieux secondaires évalués à 0,5 %. Un bilan infectieux pré-opératoire est donc nécessaire. Il comporte la recherche, et si nécessaire le traitement, de tous les foyers infectieux pouvant exister : infection dentaire, ulcère sur les jambes (variqueux), infection urinaire (fréquente chez la femme âgée), etc. Ainsi, avant l'intervention, le patient devra donc se rendre chez son dentiste et selon les cas, chez son gynécologue, cardiologue ou gastro-entérologue... pour soigner les éventuelles infections existantes.

> La transfusion sanguine : pendant l'intervention chirurgicale, l'opéré peut perdre beaucoup de sang. Lors de la consultation anesthésique, on pourra donc, dans certains cas, en fonction de l'état général du patient et du résultat des examens sanguins, proposer un prélèvement de sang. L'objectif est de prévoir une auto-transfusion pendant ou juste après l'opération, si le patient a perdu beaucoup de sang. Le patient peut aussi accepter une éventuelle transfusion depuis une banque du sang (sans danger de nos jours).

Les suites de l'intervention, en particulier la planification d'un séjour en centre de rééducation après la sortie de l'hôpital ou de la clinique, doivent également être organisées avant l'hospitalisation.


publicité