publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La prothèse du genou

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. février 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

La mise en place d'une prothèse du genou est une opération chirurgicale très fréquente : environ 80 000 prothèses de genou sont posées, chaque année, en France. Et ce chiffre devrait augmenté dans le futur.

L'intervention est réputée pour être douloureuse : elle l'est de moins en moins. Elle permet à beaucoup de personnes, notamment à des personnes âgées invalidées par une arthrose sévère, de retrouver une autonomie très satisfaisante.

Quand l'envisager ?


Cette opération s'adresse à toutes les personnes qui souffrent et sont gênées pour marcher, et lorsque toute autre intervention conservatrice n'est pas possible.

La mise en place d'une prothèse de genou est conseillée dans le cas d'une arthrose évoluée de l'articulation. Le problème d' « usure » du genou peut aussi avoir été favorisé ou engendré par un traumatisme, une maladie comme une polyarthrite rhumatoïde, ou des déformations congénitales de l'articulation du genou – un genu valgum ou genu varum (les genoux vers l'extérieur ou vers l'intérieur).

Lorsque cette « usure » est trop évoluée, que les douleurs sont trop invalidantes, on peut alors avoir recours à une prothèse du genou. Si l'opération peut être conseillée par le chirurgien, c'est, bien entendu au patient de décider... C'est au patient de juger si sa gêne et sa douleur sont supportables ou non en fonction de l'efficacité et de la tolérance des traitements qui lui ont été proposés avant d'envisager la chirurgie : règles hygièno-diététiques, médicaments anti-douleurs, et parfois infiltrations ou rééducation.


publicité