publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La splénectomie : Comment ça se passe ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. juillet 2013)

Et comment se passe l'opération, la splénectomie ?
L'opération se déroule traditionnellement sous anesthésie générale. Un incision est pratiquée au dessus du nombril, entre le sternum et l'ombilic) ou sous la dernière côte.
Depuis peu, l'intervention peut être pratiquée sous coelioscopie, ce qui permet d'éviter une intervention trop lourde sous anesthésie générale.

En cas de traumatisme, le chirurgien peut, dans certains cas, tenter de conserver une partie de la rate. Mais, la fragilité de cet organe, très friable, rend l'opération délicate. Dans la plupart des cas, c'est la rate tout entière qui est retirée.

Après la splénectomie


On peut très bien vivre sans rate. La splénectomie est une intervention relativement bénigne qui comporte peu de risques. Tout au moins dans l'immédiat.

Cependant, le risque le plus important, lié à la splénectomie, est le risque infectieux. La rate jouant un rôle important dans le système immunitaire. Son absence va donc perturber les défenses immunitaires et rendre plus sensible aux infections. Notamment les infections à pneumocoque.

Autre conséquence de la splénectomie : une augmentation transitoire du nombre des plaquettes dans le sang. Cela rend le sang moins fluide et augmente le risque de thrombose (il faut donc recevoir des anticoagulants pendant une quinzaine de jours après la splénectomie pour limiter les risques de phlébite).

La vaccination systématique
Le risque majeur après une splénectomie est donc le risque infectieux. Et notamment, les infections à pneumocoque (le pneumocoque est une bactérie que l'on retrouve dans les pneumonies et parfois les méningites) et à méningocoque (les bactéries responsables de certaines méningites).
Il est donc indispensable, quand on envisage une splénectomie, de pratiquer systématiquement une vaccination anti-pneumococcique et anti-meningoccoque.
Lorsque l'intervention a été programmée, la vaccination sera pratiquée avant l'opération, ce qui laissera à l'organisme, le temps de fabriquer des anticorps.
Lorsque la splénectomie est pratiquée en urgence, après un traumatisme, un traitement antibiotique, à base de pénicilline, sera prescrit pendant parfois plusieurs années, en plus de la vaccination.

Les vaccinations recommandées : contre le pneumocoque, le méningocoque, mais aussi contre l'hémophilius influenzae. La vaccination contre la grippe est préférable (la grippe peut provoquer une surinfection à pneumocoque).


publicité