publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les étapes de la FIV en vidéo : Les conseils du médecin spécialiste

Publié par : Clémentine Fitaire (05. mars 2012)

Interview du docteur Sylvie Epelboin, praticien hospitalier spécialiste, responsable de l''unité d'AMP, service de gynécologie et obstétrique de l'hôpital Bichat- Claude Bernard, Paris.

Lorsqu'une femme va subir une FIV, doit-elle adopter une alimentation particulière pour plus de réussite ?

En ce qui concerne son alimentation, on lui recommandera, comme pour toute personne, et particulièrement les femmes enceintes, une alimentation et une hygiène de vie équilibrée, notamment l’arrêt du tabac qui est connu pour diminuer les chances de grossesse.

Le tabac est déconseillé lors de la grossesse. Aussi, le fait d’ être enceinte motive-t-il très souvent les femmes à arrêter de fumer, pour ne pas nuire au bébé. Si on les informe des conséquences du tabac sur les résultats de la FIV, les femmes se motivent pareillement pour arrêter avant.

Les femmes ayant une alimentation variée n’ont pas besoin de prendre des compléments vitaminiques de façon systématique, mise à part la vitamine B9.

La femme doit-elle être suivie par un psychologue ?

L’une des causes de l’ infertilité peut-être psychologique, étuvant le processus de la FIV, la femme va être exposée à un remue-ménage psychologique, à cause des traitements qu’elle subit, du stress auquel elle doit faire face aussi bien dans sa vie professionnelle que personnelle, la peur de l’échec...

Le suivi psychologique est souhaitable mais non obligatoire, les couples qui le souhaitent sont informés qu’ils peuvent y avoir recours. Toute démarche imposée serait sans bénéfice.

Il est très important d’instaurer une relation de confiance entre le couple et le personnel médical afin de l’accompagner, de l’aider et de répondre à ses questions quel que soit le résultat, notamment en cas d’échec.

Comment rebondir en cas d'échec de la FIV ?

Tout dépend du contexte et du nombre de tentatives. Une femme qui vit un échec après une première tentative ne réagira peut-être pas de la même façon qu’une femme qui a essuyé plusieurs échecs. Cela dépend aussi de la conservation ou non d’embryons surnuméraires congelés dont le transfert peut conduire à une grossesse.

Il est important que les femmes soient bien informées avant la FIV, qu’elles connaissent les chances de succès dans leur cas précis.

Les causes d’échec peuvent être multiples : absence d’ovules à la ponction, pas de fécondation donc d’ embryon, ou pas d’implantation de cet embryon donc de grossesse. Dans tous les cas, l’analyse des causes d’échec permet de proposer un nouveau traitement adapté.

Après un échec de FIV, certaines femmes auront besoin d’un peu de temps pour se remettre de cette épreuve, alors que d’autres préfèreront recommencer au plus vite. On leur conseille de prendre le temps de se changer les idées et de s’accorder le repos nécessaire pour le corps et l’esprit, mais ce n’est pas toujours évident. Chaque couple doit aller à son rythme.

Cependant, pour certaines femmes le temps est compté, notamment en raison de l’âge qui détermine une baisse des succès, en FIV comme au naturel, et le médecin proposera de ne pas trop espacer les tentatives.

>> Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage... rendez-vous sur notre FORUM >>

Dr Sylvie Epelboin - DR©

Dr Sylvie Epelboin - DR©


publicité