publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La réserve ovarienne, c’est quoi ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard

Qu'est-ce que la réserve ovarienne ? Le Pr Jacques Lansac, gynécologue au CHU de Tours, explique pourquoi la réserve ovarienne est si importante pour la fertilité d'une femme. Des infos utiles : ne pas hésiter à partager sur les réseaux sociaux...


La réserve ovarienne est le nombre d’ovocytes (ovules) présent dans les deux ovaires d’une femme. Une femme a un nombre limité d'ovocytes disponibles dans ses ovaires, qui ne cesse de diminuer après la naissance et après la puberté jusqu'à leur disparition complète des ovocytes à la ménopause survenant en général autour de la cinquantaine.

Vers l'âge de 35 ans, une femme n'a plus que la moitié de son capital initial d’ovocytes qui ne cesse ensuite de diminuer. Cette baisse de la réserve ovarienne accompagne la baisse de fécondité avec l'âge, si bien que les deux phénomènes sont souvent confondus. La baisse de la réserve ovarienne n'est pas directement la cause de la baisse de la fécondité, sauf quand elle est considérablement diminuée.

En revanche, la réserve ovarienne a une double signification pronostique :

• le temps est d'autant plus compté que la réserve ovarienne est basse,

• certains traitements nécessitent une réserve normale pour pouvoir être mis en œuvre.

Il arrive que la réserve ovarienne diminue fortement de nombreuses années avant la ménopause.

Comment évaluer la réserve ovarienne ?

L'évaluation de la réserve ovarienne se fait à l'aide d'examens réalisés en début du cycle :

• des dosages dans le sang de la FSH (hormone folliculostimulante), de la LH (hormone lutéïnisante), du 17-bêta-œstradiol, et surtout de l'AMH (hormone antimüllérienne). Ce dernier dosage n'est pas pris en compte dans les remboursements de l'assurance maladie (et c'est bien entendu une anomalie !), mais il est important de réaliser cet examen car c'est lui qui a la signification la plus précise ;

• l'échographie des ovaires réalisée avec une sonde vaginale qui permet de visualiser les petits follicules prêts à être réactivés pour conduire à l'ovulation. Un compte normal est de l'ordre de 7 follicules par ovaire.


A lire aussi :
> La congélation d'ovocytes : dans quels cas ?
> Les ovaires polykystiques
> La phase lutéale
> L'ovulation


Pour en savoir plus : lire le Grand Livre de la Gynécologie, Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français, Eyrolles, 2015.


publicité