publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Témoignages sur la fécondation in vitro : Le témoignage de Céline

Publié par : Clémentine Fitaire (01. août 2013)

Témoignage de Céline, 35 ans, maman de Pauline, 18 mois, et enceinte de quatre mois de son deuxième bébé par FIV.

Comment êtes-vous arrivée à la FIV ?

Tout d'abord nous avons essayé d'avoir un enfant naturellement. Au bout d'un an, j'avais le sentiment que quelque chose clochait. Je suis allée consulter un gynécologue de ville.

Elle nous a prescrit différents examens (prise de sang, spermogramme, hystérosalpingographie...). Au vue des résultats de ces différents examens, elle nous a dirigés vers un service de Procréation médicament assistée (PMA), car il s'est avéré que nous avions un problème d'OATS (oligo-asthéno-térato-spermie). En terme clair, cela signifie : peu de spermatozoïdes dans le sperme, et peu mobiles ou anormaux en grande quantité.

Vu le problème à la base, le service de PMA nous a directement proposé une FIV par ICSI (Intra cytoplasmic sperm injection). Une insémination artificielle n'aurait eu aucun résultat puisqu'il s'agit d'un problème de spermatozoïdes. Il fallait donc pousser la technique un peu plus loin.

Quelle est la différence avec la FIV classique ?

Aucune, le traitement suivi est le même. Pour l’ICSI, au lieu de mettre en contact les spermatozoïdes « traités » avec les ovocytes, le biologiste les injecte un par un dans chaque ovocyte, provoquant artificiellement la fécondation.

La FIV par ICSI a-t-elle fonctionnée pour vous ?

Non. Mais après 2 FIV ICSI sans succès, on nous a proposé une IMSI. Identique à l’ICSI, sauf que l’on choisi « LE » meilleur spermatozoïde en l’observant sous microscope à très haut grossissement.

Et aujourd'hui ?

Nous sommes sortis de la PMA... Notre petite Pauline est née au bout de la 4ème et dernière tentative... Nous envisagions de passer à l’ insémination artificielle avec donneur IAD (en Belgique) si ça n’avait pas fonctionné.
Certes, le parcours aura été long (4 ans), douloureux physiquement et psychologiquement... Mais nous n'avons jamais baissé les bras, et aujourd'hui nous sommes comblés de bonheur...


publicité