publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Traitement par stimulation ovarienne, mode d'emploi : Risques du traitement

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (30. octobre 2008)

Le recours à la stimulation ovarienne n'est pas sans dangers. En effet, modifier son taux hormonal de manière aussi intense et soudaine peut avoir des conséquences plus ou moins sérieuses.

Bien au-delà des inconvénients dus à ces fluctuations hormonales, le risque majeur de ce type de traitements est l'hyperstimulation des ovaires. Elle peut se caractériser par une augmentation significative du volume des ovaires, avec notamment l'apparition de kystes. Les cas les plus sévères d'hyperstimulation peuvent entraîner des oedèmes, voire des oedèmes pulmonaires, et dans les cas les plus graves, des accidents cardio-vasculaires (type thrombose).

Un autre risque de la stimulation ovarienne est, bien sûr, le risque de grossesse multiple. Lorsqu’à l’ échographie on découvre la présence de plusieurs follicules, le plus sage est parfois alors de stopper temporairement le traitement, quitte à « perdre » un cycle, plutôt que se retrouver avec des quadruplés ! De plus, les grossesses multiples augmentent les risques pour la santé de la mère, mais aussi pour le(s) fœtus en augmentant la probabilité de prématurité.

Notre conseil :
> Les troubles liés à une éventuelle hyperstimulation se manifestent, en général, une semaine après l’injection d’ HCG. En cas de malaise digestif ou de douleurs abdominales, n’hésitez pas à appeler immédiatement votre médecin.
Les cas d’hyperstimulation restent rares dans la mesure où les médecins effectuent un suivi rigoureux de leur patiente (échographies et dosages hormonaux réguliers), mais il est préférable de consulter au moindre signe ou changement jugé suspect. Mieux vaut, là aussi, prévenir que guérir...

Enfin, par mesure de précaution, ce type de traitement ne sera jamais prescrit plus d'un an (12 cycles exactement) pour éviter les risques de cancers hormono-dépendants, en particulier le cancer du sein, le cancer de l'ovaire ou encore de l'utérus.

A lire nos dossiers :
> J'attends des jumeaux !
> Insémination artificielle : elles témoignent.


publicité