publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le préservatif féminin, comment s'en servir ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard

Les réponses du Pr Jacques Lansac, gynécologue au CHU de Tours, qui explique le préservatif féminin :

Comment se servir d’un préservatif féminin ? Où le trouve-t-on ?

Inventé par un couple danois en 1980, le préservatif féminin est commercialisé en France depuis 1999. D'usage unique et de taille unique, il a la forme d’un fourreau qui tapisse les parois du vagin. Un anneau intérieur maintient le dispositif au fond du vagin. Un anneau extérieur recouvre les organes génitaux externes.

Il se place comme un tampon et suppose d’être à l’aise avec son corps. Il est en polyuréthane (et peut donc être utilisé en cas d’allergie au latex), deux fois plus résistant que le latex, bon conducteur de la chaleur. Il protège des infections sexuellement transmissibles et du SIDA. Et un peu mieux que le préservatif masculin de l’herpès et du HPV (papillomavirus).

Le préservatif féminin en pratique

Contrairement au préservatif masculin, il peut se placer bien avant le rapport et il n’est pas nécessaire de le retirer juste après. Il offre à la femme une alternative au préservatif si, par exemple, l’homme refuse de se protéger ou s’il existe une allergie au latex.

A l’usage, certaines femmes estiment que ce préservatif présente quelques inconvénients.

- Son utilisation nécessite un peu de pratique, d’expérience (deux-trois essais avant de parvenir facilement à le placer).

- Il peut être parfois bruyant pendant les rapports sexuels.

- Il se voit un peu de l'extérieur (sur les lèvres vaginales), ce qui n’est pas forcément très esthétique.

Et le prix ?

Le coût du préservatif féminin est de 1,07 € à 1,52 € à l’unité.
On le trouve difficilement en pharmacie car la demande n’est pas suffisante. On peut le commander par correspondance.

Bon à savoir : 18 méthodes de contraception et leur fiabilité :

A lire aussi :
> Contraception : les réponses à vos questions
> La contraception d'urgence
> Contraception : quelle pilule choisir ?

Pour en savoir plus : lire le Grand Livre de la Gynécologie, Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français, Eyrolles.


publicité