publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Différences d’âge : le témoignage de Mélanie, 28 ans

Publié par : Clémentine Fitaire (19. avril 2016)

Mélanie s’est mariée avec Gérard, il y a deux ans. Elle a 28 ans, Gérard en a 54. Ils ont ensemble un petit garçon de 18 mois.

Votre mari a 26 ans de plus que vous. Comment vivez-vous cela ?

Très bien ! Mon mari est charmant, drôle, super-actif, intelligent... Je l’adore ! Son âge, vraiment, je m’en fiche complètement. Cela nous fait rire, plus qu’autre chose. Il a une fille qui a mon âge et l’on est très copines. On est l’archétype de la famille recomposée. Mon mari a été marié deux fois avant moi. Il a eu deux enfants de son premier mariage, trois de son second. Et avec moi, pour l’instant, il a un fils. Il garde une très bonne relation avec ses deux premières femmes que je connais et vois assez souvent. Tout le monde a refait sa vie, et tout est harmonieux.

Comment vous-êtes vous rencontrés ?

J’ai connu mon mari au travail : c’est mon chef. Alors autant dire que je le connais sous tous ses aspects, professionnel et personnel. Quand je l’ai connu, je suis tombée instantanément amoureuse de lui. Il a une telle personnalité, un tel  charisme...

À l’époque j’avais 25 ans, mais j’en aurais eu 103, je serais tombée amoureuse de lui de la même manière. Lui me dit parfois que c’est un moment de ma vie, que ça ne durera pas toujours. C’est son discours à lui, et c’est normal, il a déjà divorcé deux fois. Il doit savoir que l’amour n’est pas toujours éternel ! Mais moi, je ne vois pas les choses comme ça. Je suis amoureuse de lui. C’est l’homme de ma vie. C’est avec lui que je veux vivre. Il a 54 ans. Il est toujours très jeune. Surtout dans sa tête, c’est un vrai gamin. Je suis bien plus mature que lui ! C’est moi, la raisonnable du couple...Et quand je pense à lui dans dix ou vingt ans, je l’imagine toujours pareil. Un peu plus ridé, peut-être... mais toujours aussi charmant et dynamique. Vraiment, son âge ne me pose aucun problème.

Et dans votre entourage, comment ça se passe ?

Très bien. Ses amis m’ont tout de suite acceptée. Ce sont des gens amusants, gais, dynamiques, même si ils ont l’âge de mes parents.
Pour ma famille, ça a été plus difficile. Je suis d’un milieu assez bourgeois. Quand j’ai dit que j’avais une relation sérieuse avec un homme qui avait déjà été marié deux fois et qui avait cinq enfants, ils ont un peu tiqué. Le fait qu’il soit beaucoup plus âgé, aussi, ça ne leur a pas plu. Ma mère, surtout, m’a cassé les pieds avec ça au début. Depuis que nous avons notre fils, elle ne m’en parle plus. Mais, au début, c’était dur ! Qu’est-ce que tu vas faire avec un vieux ? Tu gâches ta jeunesse. Il s’amuse avec toi...
Pendant deux ou trois ans, au début, je n’allais plus trop chez moi. Je n’avais pas envie d’entendre ce genre de commentaires. Maintenant, je crois que mes parents se sont fait à l’idée. Et puis, ils connaissent Gérard un peu mieux. Ils ont le même âge, mais ça ne se voit pas. Mes parents sont sérieux, vieux, quoi... Alors que Gérard est toujours un perpétuel ado que je dois raisonner souvent. D’ailleurs, il m’appelle Maman... C’est vrai que souvent, j’ai l’impression que c’est moi la maman...

Et l'avenir, vous le voyez comment ? Vous voulez un autre enfant ?

Pourquoi pas ! L’avenir, vous savez... qui peut l’envisager ? Comme disait Céline, parler de l’avenir, c’est faire un discours aux asticots... On ne peut pas savoir. Demain, c’est peut-être moi qui vais me faire écraser par une voiture ! On vit ce qu’on a à vivre et puis c’est tout. Se poser trop de questions, ça mène à l’immobilisme. On est heureux, tous les deux. J’espère qu’on le restera longtemps. Alors, pourquoi pas un autre enfant ?

L'avis du psychiatre

L'avis du docteur Youssef Mourtada :

Très jolie histoire que celle de Mélanie. On voit que son amour est sincère et que l’âge n’a que peu d’intérêt. Elle inverse même la situation en précisant que si elle avait 103 ans, elle serait tombée amoureuse de la même manière.

Cependant, on peut imaginer que c’est l’image du père qu’elle aime en Gérard. Un père qui est aussi son patron, son mentor. Et qui, dans la relation de couple est son gamin ! Quelle belle inversion des rôles. Et quelle jolie place, pour elle. Elle se retrouve, avec lui et ses amis, la plus jeune, la plus belle, le centre de tous les regards. Et auprès d’un homme qu’elle admire et qui a, vu son âge, peu de chance de la quitter pour une plus jeune...
La relation est donc parfaitement maîtrisée.

Pour réagir, apporter votre témoignage... rendez-vous sur notre FORUM.

Dr Youssef Mourtada, psychiatre

Dr Youssef Mourtada, psychiatre


publicité