publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'injection intracaverneuse : le remboursement du traitement

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (13. décembre 2015)

La question de la prise en charge du traitement, du remboursement par l'Assurance maladie est essentielle.

Pour certains patients, l'injection intracaverneuse est prise en charge à 100 % par l'Assurance maladie.

Les causes du dysfonctionnement érectile doivent être d'origine neurologique : paraplégie, prostatectomie avec section des nerfs, etc.

Les injections intracaverneuses en cas de troubles d'érection d'origine psychologique ne sont pas remboursées, néanmoins, l'injection intracaverneuse peut être indiquée.

Les alternatives à l'injection intracaverneuse


Lorsque, pour diverses raisons, l'injection intracaverneuse ne convient pas à un patient, trois autres options sont possibles.

> Une sorte de petit suppositoire contenant un gel de prostaglandine peut être inséré dans l'urètre.

> Une pompe à vide appelée vacuum permet d'obtenir une érection sans médicament. La verge, placée dans un cylindre où l'air est aspiré grâce à une petite pompe, va gonfler car il n'y a plus de pression. Quand l'érection est suffisante, un « garrot » doit être réalisé à la base de la verge avec un anneau de constriction et le cylindre peut être retiré.

Ces deux méthodes alternatives ne sont cependant pas remboursées par l'Assurance maladie.

> Enfin, la pose d'un implant pénien peut être envisagée. L'implant est constitué de deux cylindres gonflables situés dans la verge et d'une pompe placée près des testicules dans le scrotum. L'homme peut obtenir une érection en appuyant sur la pompe pour faire gonfler le pénis. L'érection disparaît en « dégonflant ». L'implant pénien, remboursé à 100 % n'est mis en place que lorsqu'aucun des autres traitements ne s'est avéré efficace. Le risque de complication (infection, rejet...) est de 2 à 4 %.

Auteur : Charlène Catalifaud
Consultant-expert : Pr Pierre Costa, chef du service d'urologie-andrologie du CHU Caremau de Nîmes et président de la fédération française de sexologie et de santé sexuelle
.

Sources et notes :
Couple : le plus fragile des deux n'est pas elle, Pr Pierre Costa, Editions Anne Carrière.


publicité