publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L’orgasme féminin : L’orgasme vaginal

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (29. janvier 2014)

Autour du vagin existent des muscles puissants que l'on peut contracter volontairement, c'est le plancher pelvien. La contraction de ces muscles augmente le ressenti et le plaisir sexuel. Par ailleurs, de nombreuses femmes rapportent la survenue d'orgasmes lors de pénétrations profondes dans leur vagin ; c'est le fait de stimuler le fond vaginal qui semble alors déclencher l'orgasme.

L'origine de ce type d'orgasme n'est pas très clair, néanmoins certains travaux suggèrent la participation du système nerveux végétatif (qui n'obéit pas à la volonté) dans la survenue de cet orgasme profond. Les femmes qui connaissent cette sensation semblent particulièrement l'apprécier et ont tendance à adopter des positions qui permettent cette pénétration profonde.

Classiquement, cet orgasme féminin se traduit en premier lieu par une contraction musculaire des muscles péri-vaginaux et parfois des abdominaux qui provoque alors un discret mouvement en flexion du tronc. Cette contraction est suivi immédiatement d'autres contractions environ toutes les 0,8 seconde, l'intervalle ayant tendance à augmenter entre les contractions, le nombre de contractions variant de 3 à 10 selon les femmes.

Une majorité de femmes jouissent en fermant les yeux, on peut également percevoir des contractions musculaires au niveau du visage. Beaucoup d'autres réactions peuvent survenir au cours de l'orgasme féminin, comme parfois des mouvements incontrôlés, le corps étant agité de spasmes, certaines vont émettre quelques cris, d'autres peuvent aller jusqu'au très spectaculaire phénomène de femme fontaine, en expulsant au moment de l'orgasme une quantité de liquide impressionnante. Certaines femmes vont vivre authentiquement un orgasme, mais beaucoup plus discrètement, seuls quelques soupirs venant ponctuer leur jouissance.

D'autres vivent parfois un état orgasmique qui dure plus longtemps, fait d'une succession de petits orgasmes qui s'enchaînent pendant une à deux minutes pour une stimulation minime et dénommé « status orgasmus ».

La survenue de l'orgasme féminin, hormis le plaisir procuré, permet de faciliter le phénomène de détumescence après l'amour. Lors d'une forte excitation, non suivie d'orgasme, des phénomènes de pesanteur et d'inconfort, voire de douleurs pelviennes peuvent parfois persister quelques heures.

 

A lire aussi : 
> L'orgasme : chez l'homme et chez la femme
L'excitation sexuelle chez la femme
> Les zones érogènes

 

Source : 
Le Grand Livre de la Gynécologie, Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français, Eyrolles, 2013.


publicité