publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La sexualité après 50 ans: Une génération plus émancipée

Publié par: Clémentine Fitaire (10. juin 2014)

Ce qui a changé dans les années 70

Ceux qui ont 50 ou 60 ans aujourd’hui étaient des ados ou des jeunes adultes dans les années soixante-dix.
C'est une génération qui a eu besoin de lutter contre un ordre établi, de changer certains codes de la vie sociale. C'est aussi une génération qui a vécu une sexualité beaucoup plus émancipée que celle de leurs parents, et qui continue d'ailleurs à profiter de cette émancipation.

On peut donc dire que ce sont des jeunes qui ont vieilli avec cet héritage de la "libération sexuelle". Ils ont vécu une sexualité beaucoup sereine (avec un bémol cependant lié l'émergence du sida). Il faut aussi rappeler que l'arrivée de la pilule, comme la loi sur l'IVG, ont joué un rôle essentiel.

La révolution contraceptive

Les premières avancées médicales en matière de contraception verront le jour dès les années 30. Mais ce n’est qu’à partir des années soixante-dix que la contraception féminine moderne (pilule et stérilet) sera disponible pour les Françaises*.

Malgré des opposants virulents, la machine est lancée. La vie sexuelle connaît un changement radical. En effet, le sexe était jusqu’alors trop souvent considéré comme un acte reproductif et parfois contraignant pour les familles trop nombreuses...

La contraception permet aux femmes de s’affranchir du stéréotype de « femme née pour faire des enfants », comme l’explique le Dr David Elia, pour devenir des êtres à part entière qui peuvent contrôler leur vie en contrôlant leur fertilité, sans pour autant renoncer aux plaisirs du sexe.

Mais le grand tournant de cette époque restera la mise en place de la loi Veil, le 17 juin 1975. Cette loi, surtout connue pour avoir dépénalisé l’avortement comporte également d’autres dispositions fondamentales :

Elle vise tout d’abord à promouvoir la contraception en France, en permettant aux mineures d’accéder à un contraceptif sans autorisation parentale.

Elle instituera également la gratuité de consultation et d’approvisionnement en contraceptifs pour celles qui se rendront dans un planning familial.

Enfin, la loi Veil mettra en place le remboursement de la contraception par l'Assurance maladie.

Les 50/60 ans d’aujourd’hui ont donc été les témoins d’une époque riche en changements tant au niveau des mœurs qu’au niveau des avancées médicales. Cette jeunesse nouvelle est la première à pouvoir enfin vivre sa libération sexuelle sans contraintes...

*La loi Neuwirth est votée en décembre 1967.

Des chiffres sur la sexualité

Le Dr Elia, dans son ouvrage, met en parallèle trois études, visant à analyser le comportement sexuel des baby-boomers, menées en France, la première en 1970, la seconde en 1992, et la troisième en 2007.

> Il en ressort que les baby-boomers d’aujourd’hui ont plus de rapports sexuels qu’autrefois. Les femmes surtout avec 50 % d'entre elles qui faisaient encore l’amour après 50 ans, contre 80 % aujourd’hui !

> La fréquence des rapports a également bondit, elle est passée de 5,3 rapports par mois en 1992, à 7,3 en 2007.

> Les pratiques sexuelles en elles-mêmes ont évolué. Ainsi, alors qu’en 1992, 52% des femmes de 55 à 69 ans disaient avoir déjà expérimenté la fellation, elles sont plus de 71% en 2007.

> La masturbation féminine serait pratiquée chez 1 femme sur 10, et 1 homme sur 3 se masturberaient régulièrement après 50 ans.

> Les baby-boomers auraient également plus de partenaires que leurs parents. En 1970, les femmes avaient près de 2 partenaires au cours de leur vie, elles en ont en moyenne 4,4 en 2007. Les hommes quant à eux restent plutôt stables au niveau de leurs conquêtes, mais ils paillonnent d’avantage que les femmes avec une moyenne de 11,6 partenaires dans leur vie.

> L’homosexualité s’est également développée au fil des générations : 4,1% des hommes et 4% des femmes ont déjà eu des rapports avec un partenaire de même sexe.


publicité