publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le cholestérol : le LDL cholestérol

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (30. décembre 2015)

Quand on réalise un bilan de cholestérol, on recherche la quantité de "bon" et de "mauvais" cholestérol. C'est un petit abus de langage qui désigne des protéines qui sont chargées de transporter le cholestérol dans le sang. En effet le cholestérol est transporté dans le sang par 2 grands types de protéines : les lipo-protéines HDL (High Density Lipoprotein), et les lipo-protéines LDL (Low Density Lipoprotein).

On parle de façon un peu manichéenne de bon ou mauvais cholestérol, car selon la protéine qui transporte le cholestérol, l'une - le LDL a une action "néfaste" pour la santé, puisque via la circulation sanguine, cette lipoprotéine transporte le cholestérol fabriqué par le foie vers l'ensemble de nos tissus et cellules. En fait le LDL-cholestérol apporte le cholestérol aux cellules de l'organisme. Les tissus et organes captent, absorbent le cholestérol dont ils ont besoin. Le surplus reste dans le sang et tend à s'accumuler sur les parois des vaisseaux sanguins.

Le "mauvais" cholestérol en excès lié à LDL (lipoprotéine de faible densité), favorise donc l'athérosclérose, car ce cholestérol transporté a tendance à se déposer sur les parois de nos artères. Le résultat est la formation de plaques d'athérome à l'intérieur de nos grosses ou petites artères.

C'est en 1938 que pour la première fois, la relation entre une hypercholestérolémie et la survenue d'accidents cardiovasculaires a été évoqué par un médecin norvégien. Depuis de très nombreuses études ont été menées, et l'on sait qu'un excès de LDL-cholestérol favorise les maladies cardiovasculaires. Il a aussi été prouvé par de nombreuses études qu'en diminuant le taux de LDL-cholestérol dans le sang, les accidents cardiaques coronariens (type infarctus) sont moins nombreux.

La prise en charge d'une hypercholestérolémie dépend en grande partie des facteurs de risque cardio-vasculaires associés à une éventuelle élévation du taux de LDL-cholestérol. Un homme de 60 ans, qui vient d'arrêter de fumer et qui souffre d'une hypertension artérielle, par exemple, présente plus de risques cardio-vasculaires qu'un homme de 30 ans qui n'a jamais fumé, sans autre problème de santé.

Ainsi, en France, l'Agence du médicament indique que chez une personne jeune de 20 ou 30 ans, en l'absence de tout facteur de risque cardiovasculaire, un traitement est inutile si le taux de LDL-cholestérol est inférieur à 2,20 g/l (5,7 mmole/l). En revanche, si le patient présente des risques importants d'être victime d'un accident cardiovasculaire, et si le LDL-cholestérol est supérieur à 1 g/litre (2,6 mmole/l), alors un traitement contre cette hypercholestérolémie est recommandé. A noter que ces recommandations changent légèrement d'un pays à l'autre.

Cholestérol : les aliments à éviter. Découvrez ces infos en images...

A l'inverse : le HDL cholestérol, le bon cholestérol

Le HDL (lipoprotéine de haute densité) empêche la formation d'athérome en évacuant le cholestérol vers le foie. Le HDL récupère en effet le cholestérol en excès dans le sang et le transporte vers le foie avant d'être éliminé. C'est pour cette raison que l'on qualifie le HDL-cholestérol de "bon cholestérol". A noter que le HDL-cholestérol tend à augmenter chez les personnes sportives. C'est un argument de plus qui va dans le sens des bienfaits du sport...
Pour en savoir plus, lire le HDL cholestérol.

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité